Back to life, back to reality

Un billet de Cyrille Borne dans lequel on retrouve les problèmes soulevés dans mes posts précédents:

  • la fin de la liberté pédagogique,
  • la vente des données à microsoft au nom de la protection des données
  • la précarité numérique instaurée par l'usage forcé d'environnements qui peuvent disparaître en emportant avec eux tout ton travail
  • l'absence d'interopérabilité qui t'empêche totalement de reprendre tes productions numériques, en faire des backups, les adapter aux outils suivants etc.
  • le merveilleux moyen de pression que tout ça représente pour des chefs de plus en plus adeptes des méthodes de management à l'américaine.

J'ajouterais le merveilleux moyen de flicage que l'ENT représente également pour des chefs un peu veules qui préfèrent te faire chier de loin sans risquer d'avoir à te regarder dans les yeux... (le mien, par exemple)

❝ 1 commentaire ❞

1  NBP le

De ce que je lis de Cyril Borne, c'est surtout la dépendance à des habitudes (des élèves, de nous mêmes, de l'institution).
Comme la discussion que j'avais avec un collègue qui me parlait de l'impression 3D comme solution innovante pour faire des masques faciaux (qui sont tout à fait réalisables en découpe laser ou même en DIY avec des bouts de plastique): quand on a l'habitude d'utiliser un marteau, tout devient un clou...

Liberté pédagogique: l'ENT est un outil de communication à la base. Choisir de s'en passer a peu de sens s'il ne pose pas de restriction à ma manière de communiquer: que des fichiers DOC, que des images HEIC, ... De la même façon, si dans un établissement on veut m'obliger à utiliser tel ou tel soft dont il existe pléthore d'alternatives dont l'utilisation n'est pas interdites par la loi/convention collective, c'est niet (ou un bon gros sourire). Je ne suis pas tombé encore sur un gros con (ou grosse conne), alors je ne sais pas comment je m'adapterai à ce moment.

Vente de données: Les données sont une mine d'or. Les hauts niveaux de l'EN en ont soit (a) une conscience coupable, soit (b) une inconscience crasse. Il suffit de regarder le nombre de délégation de services "régaliens" actuels vers du privé (l'évaluation des compétences numériques PIX en est un des derniers exemples) pour se demander si le (b) que l'on pouvait prêter avant n'est pas devenu un (a). Le RGPD est une connerie quand on vient faire chier un prof qui a fait un tableau excel des coordonnées des élèves pour les contacter (infos très facilement trouvable via l'ENT par exemple) alors qu'il ne sera pas emmerdé s'il a gardé ces infos sur papier (c'est ce qu'un chef m'a dit).

Précarité / interopérabilité : c'est ici des facettes du problème des habitudes que l'on a tous. J'ai tellement navigué entre différents outils que j'ai pris comme principe il y a longtemps de faire d'abord le travail sur un outil dans un format que je maîtrise (OpenDoc + SVG souvent) puis que j'adapte à l'outil actuel (export pdf, image png/jpg, copié-collé-reformaté dans les champs de la BDD de l'ENT, ...). C'est plus long mais ça me permet de garder un contrôle et une trace de mes productions. Quand je peux, j'en montre tout l'intérêt aux élèves (qui sont hallucinés de voir que j'ai gardé en format txt une copie des premiers mails que j'ai envoyé en 1999 et en xml mes premiers SMS de 2005, avant que je passe à Thunderbird ou SMSBackup).

Pression / Flicage: on est bien d'accord. C'est une des questions que j'avais soulevé à ma direction quand elle nous avait transmis le "guide des bonnes pratiques": si l'on nous oblige à utiliser uniquement l'outil institutionnel (mail académique, ENT, ...) pour transmettre des infos, comment être sûr que ces infos ne seront pas censurées/mal intentionnellement employées par ceux qui ont des droits d'édition ou même de regard sur ces outils ? Je connais quelqu'un qui est arrivé il y a longtemps dans un établissement où l'ENT avait été configuré par un ancien principal (du même genre que le tien) pour lui envoyer en copie tous les messages envoyés via l'ENT.

Bon courage.

 

Fil RSS des commentaires de cet article

✍ Écrire un commentaire

Inutile de poster un commentaire à la con pour vous faire de la pub, ce sera filtré et dégagé direct...

Quelle est la dernière lettre du mot tbqn ?