Où sont les passionné.e.s ? - Le blog de Genma

Je suis d'accord avec l'analyse de Genma, SebSauvage et HowTommy: l'esprit de bidouille, c'était mieux avant, comme dirait Cyrille Borne...

Notre génération (j'ai 45 piges) a eu entre les pognes les premières machines accessibles au grand public (MO5, TO7, Amstrad cpc, Amiga/Atari st etc.), autant de bécanes sans OS (ou presque pour amiga/atari), avec lesquelles on était obligé de taper toutes les commandes, même pour jouer à un jeu...
Sans vouloir faire le #vieuxCon, cette austérité nous a poussé à nous adapter, avec une doc bien souvent même pas en français, sans internet ni tutos... rien. Démerde-toi.

On a appris «l'informatique» comme des bricoleurs aventuriers, avec un esprit Mc Gyver qui te poussait à trouver des solutions, à imaginer des moyens (je me souviens d'avoir développé un «virus» sur disquette pour faire chier un copain sur amstrad CPC.)

D'un côté, comme tout le monde le souligne, cet esprit conquérant-bricoleur-bidouilleur semble en régression avec la génération actuelle et c'est bien compréhensible: ce sont des usagers, pas des bricoleurs...

D'un autre, ils ont appris des bases de programmation dans les écoles et ont obtenu des diplômes qui sanctionnent la maîtrise de certains savoirs et sont - j'imagine - aptes à appliquer des modèles de programmation qui font gagner du temps...

On y gagne en normalisation ce qu'on y perd en inventivité (et en innovation) (et en entrain) (et en passion) (et en curiosité) ... merde.

Pour ma part, j'adorerais changer de taf et coder... ce qui me retient:

  1. je ne suis pas du genre à lâcher la proie pour l'ombre, surtout à mon âge.
  2. la parentalité a tendance à avoir raison de l'esprit d'aventure: en clair, quand tes décisions n'impactent que toi, tu fais avec... dans le cas contraire, tu ne te sens pas le droit de courir le risque.
  3. je suis passionné de programmation, j'adore apprendre, je serais fou de joie à l'idée de me lancer dans d'autres langages ou d'autres projets (je souffre souvent du syndrome « opitin, j'ai une nouvelle idée !») mais je connais mes limites et je serais navré de ralentir une équipe de dev en étant à la ramasse sur des trucs qui paraissent évidents aux autres...


    Du coup, je code quand il me reste à la fois de l'énergie ET du temps dans des projets que j'aime, utiles ou dérisoires, dans l'esprit de partage désintéressé, d'amusement, d'amélioration et d'entraide qui caractérise le monde du libre et qui n'engage à rien...


    Bon, je poste ce billet que j'ai écrit en 14 fois (ceci n'est PAS une exagération), interrompu - comme de juste - par les enfants, l'épouse, le repas à préparer, le linge à étendre, le coup de fil à l'ophtalmo etc.

    A mes paupières, il est déjà... houlà, 23h45
    Via plein de copains

❝ 2 commentaires ❞

1  sebsauvage le

Oh làlà... je me reconnaîs totalement dans tout ça, en particulier les derniers paragraphes.

 
2  AkhThoT le

Hello,

Tu n'as donc pas connu l'âge d'or précédente ?

Tandy, ZX 80/81/Spectrum, Oric 1/atmos, Commodore VIC20,64, Atari 600/800, ...

Ouah vraiment pas de bol !

 

Fil RSS des commentaires de cet article

✍ Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot dhout ?