Sondage - Pour le 2nd tour des Présidentielles 2017 - Framadate - Liens Ecyseo

Pour répondre à ton interrogation, je cite ici deux tweets de @Padre_Pio ‏ :
"Voter Macron pour éliminer Le Pen ne revient pas à le cautionner. Vu le risque faible, mais aux conséquences lourdes d'un FN vainqueur..."

"Le choix, à mon sens, est évident. Lutter contre la politique de Macron, on pourra. Celle du FN...?"


Je pense, comme en 2002 et contre tout ce que je m'étais promis depuis, aller voter Macron malgré tout, le danger est trop grand de voir Lepen - banalisée qu'elle est dans l'opinion - récupérer les voix de Fillon, quelques voies de perdus et de la voir gagner à 50,2%...

Vu les fascistes qui l'entourent et vu les pouvoirs que le gouvernement actuel leur laissera, le risque me semble trop important de basculer dans une dictature de fait...

ça me fera vraiment chier, je répugne à permettre à un libéral inhumain et caricatural comme Macron d'accéder au pouvoir, mais là, pour une fois, j'ai vraiment peur.

N'oubliez pas que 40% au moins des français sont réacs et/ou cons: ils voteront pour la lepen, comme tous les connards.

Face au Front National : réponse aux pompiers pyromanes qui ont voté Macron | Le Club de Mediapart

«Vous avez voté pour Macron et vous nous exhortez à faire barrage au Front National. Nous n'avons aucune leçon à recevoir de ceux qui sont responsables de son ascension.»

«Vous avez voté pour Macron et vous venez nous faire la leçon : il faut faire barrage au Front National. « Faire barrage » : les mots vous évoquent des corps tendus contre l’assaut. Vous vous imaginez en héros de la lutte pour la République. A moi, ils n’évoquent qu’un bête mur de béton qui retient l’eau qui monte. Elle n’en finit pas de monter depuis cinq ans.»

« La corrélation entre néolibéralisme et fascisme vous échappe ? C’est parce que vous vivez dans un monde imaginaire, au sens propre : un monde d’images. Vous n’êtes pas marxistes et vous ne pensez pas que les conditions matérielles d’existence déterminent la conscience. Tout est discours pour vous, comme pour le gouvernement le plus impopulaire de l’histoire de la cinquième république qui, pendant cinq ans, à chaque résistance à ses « réformes », n’a rien su comprendre sinon qu’il avait manqué de « pédagogie ». Manuel Valls s’écriait « J’aime l’entreprise » et vous avez élu l’homme qui promet de la faire aimer aux Français. Il vous a dit que les jeunes seraient heureux de travailler pour Uber pourvu qu’ils puissent rêver d’être milliardaires et vous l’avez cru. Il vous a dit que les chômeurs seraient contraints d’accepter des emplois moins bien payés et loin de chez eux, et vous vous êtes dit : voilà qui est sérieux. Vous vous êtes si bien retrouvés dans cette caricature de cadre supérieur que vous avez pensé qu’il saurait « rassembler les Français » - les rassembler dans l’amour d’un homme qui vous ressemble. Vous n’avez même pas conscience que ce faisant, vous avez fait monter le Front National.»


« L’eau finira par déborder. Ce jour-là, que ferez-vous ? Vous n’en avez aucune idée. Vous devriez nous demander conseil. Car nous que vous accusez de ne pas faire barrage au Front National, nous faisons tout autre chose : nous le combattons – nous l’avons même en partie vaincu. Pourquoi croyez-vous que Marine Le Pen n’est pas arrivée en tête du premier tour ? Parce qu’un grand nombre d’ouvriers et d’employés qui s’étaient résolus à voter pour elle ou s’abstenir ont voté pour Jean-Luc Mélenchon. Parce que les jeunes, prétendument acquis au Front National, ont massivement voté pour Jean-Luc Mélenchon. Et pourquoi l’ont-ils fait ? Pourquoi nous ont-ils rejoint nous, et non pas vous qui avez pourtant seriné de si belles fables sur le rassemblement des Français ? Parce que nous leur avons fait espérer ce que vous n’osez plus imaginer : nous allions changer le monde.»


« Pendant les cinq prochaines années, l’histrion que vous avez porté au pouvoir continuera l’œuvre de dissolution sociale de ses prédécesseurs. Mais qu’on se rassure : le Front National n’aura pas le dernier mot. Non grâce à vous mais grâce à nous qui en cinq ans avons réduit des deux tiers la distance qui nous séparait de lui.»

Framapiaf, citations Pratchett 2

«...l’ennemi n’est pas le troll ni le nain, mais le scélérat, le nuisible, le lâche, le porteur de haine, celui qui commet des méfaits en les qualifiant de bienfaits.»
(Jeu de nains)


Et comme je n'ai pas très envie d'aller voter Macon (exprès) pour contrer Lepen mais que j'ai mauvaise conscience quand même:

«Vous n’avez peut-être pas dit « oui », mais vous n’avez pas dit « non ! » assez fort» (Pratchett, Jeu de Nains)

Peut-être faut-il au moins dire «non» ?!

Internet, sache que Poutou est encore plus cool que ce que tu imagines - L'Obs

«Bref, c'est encore plus cool que tout ce qu'Internet avait imaginé. Et chou mais pas que. Ce SMS et ce dos qui se retourne ne sont pas anecdotiques. Ils disent une envie de faire de la politique autrement. Humblement.»

N'empêche, il a fraggé les deux voleurs, headshot, ils en ont fermé leur claque-merde un grand coup !
Je crois que j'en ai eu une demi-dure sur le coup

Quand Christophe Barbier explique que de nouveaux attentats pourraient «sauver» la campagne de Fillon

Je ne sais pas ce qui est le plus navrant:

  • qu'il soit capable de sortir un truc aussi dégueulasse de façon aussi ouvertement cynique et détendue du gland
  • ou qu'on ne lui rétorque rien de cinglant dans sa gueule avant de l'étrangler en direct avec sa ridicule écharpe rouge ?!

    Barbier, je sais que tu mouilles ton slip quand pn parle de toi ou qu'on t'écoute délirer, mais de deux choses l'une: ou tu réfléchis à ce que tu dis avant de parler ou tu fermes simplement bien ta gueule.

    Effectivement, comme le dit Sammy, il aurait été noir ou magrébin, on lui faisait les pires emmerdes pour ça...

    Via SammyFisher


Fil RSS des articles de cette catégorie