Bédé: SHANGRI-LA

Quand je suis en ville, ce qui m'arrive TRRRRES rarement vu que je suis un rural pur ours à l'état semi sauvage, j'aime bien m'offrir une BD... parce qu'une BD, ça ne se choisit pas en ligne: ça se feuillette, ça se soupèse, ça se hume...

Autant il m'arrive d'être déçu, autant parfois je tombe sur une perle...

image

Shangri-la...

...de Mathieu Bablet, appartient indiscutablement de cette dernière catégorie: un excellent scénario au service d'une ambiance étouffante qui pousse le lecteur à la claustrophobie, des dessins qui peuvent sembler approximatifs dans un premier temps mais dont le trait et les couleurs dégagent beaucoup de personnalité, loin des dessins et encrages normalisés dont regorgent les rayons des libraires... les textes sont également loin des poncifs lourdingues et des dialogues sans imagination.

image

de quoi que ça cause-t-il ?

Dans une immense station spatiale tentaculaire appartenant à une entreprise toute puissante et totalitaire, les derniers représentants de l'humanité vivent une existence morne et répétitive.

image

Un personnage est chargé d'une enquête sur des stations laboratoires dans lesquelles ont eu lieu des incidents étrange.

pourquoi c'est particulièrement bien ?

L'histoire est au service d'une réflexion plus profonde sur ce qu'est un régime totalitaire, en quoi consiste une révolution, comment fonctionne la société numérique, comment les gouvernements bénéficient du racisme, ce que sont le bonheur ou l'exploitation etc. C'est une BD qui pense, ou du moins qui pousse à prendre une peu de recul sur nous-mêmes.

image

image

En plus - et c'est une chose que j'apprécie particulièrement - arriver à la fin de l'histoire n'apportera pas toutes les réponses et il faudra la relire plusieurs fois tant persiste l'impression d'être passé à côté de quelque chose.

Pour en savoir plus un article sur dailymars

« Découragé » par le racisme, Idris Elba ne veut pas jouer James Bond

M. Elba, ne pleurez pas ce pathétique personnage d'un autre âge... Les abrutis s'ulcèrent à l'idée que vous repreniez le rôle ?! Ces imbéciles ne se rendent pas compte qu'ils vous rendent un service en vous poussant à éviter de se contenter de changer la couleur d'un personnage initialement blanc, conçu par un homme blanc pour d'autres hommes blancs.

Pourquoi ne pas inventer de nouveaux héros au lieu de se contenter de ceux d'une époque heureusement révolue ? Des héros pour lesquels il n'est pas nécessaire d'être un homme ou une femme, blanc ou noir, jeune ou vieux... des héros universels animés de valeurs universelles et pas d'un patriotisme à la con ou d'un paternalisme de merde ...

Croyez-moi, M. Elba, vous êtes un acteur extraordinaire et vous valez mille fois mieux que ce personnage ridicule, prétentieux et sexiste.

Via https://links.nekoblog.org/?nplg1Q


Ces médicaments courants augmentent le risque de démence de 50 %

Et ce n'est rien comparé à l'impact du monde dans lequel nous vivons: selon une étude sortie de mon cul faite au doigt mouillé, on aurait presque 95% de risques de finir dément à cause de l'impact de notre environnement au sens large...
Pis de toutes façons, une autre étude réalisée sur l'ensemble des êtres vivants existant ou ayant existé tend à prouver que de quoi qu'on fasse, on aurait 100% de chances de finir mort.

Allez, bonne journée dans ce monde de tarés...


Attention, ce troll triste qui n'a absolument rien à voir avec la qualité ou le thème du post de Seb a été réalisé par un professionnel du cynisme désabusé, ne reproduisez pas chez vous sous peine de dépression sévère...

Via SebSauvage


I aspire to be like him - 9GAG

image

Ma première réaction a été le WTF habituel et commun à tous.

Puis je me suis vite ravisé:

  1. il y a selon toute vraisemblance une démarche «artistique» ou au moins un message sous-tenant ces voyages,
  2. finalement il ne se déplace que pour se regarder lui-même voire même projeter son «soi» sur le monde quitte à l'occulter complètement,
  3. il se montre volontairement prétentieux dans sa démarche.

Ben pour ma part, ça m'évoque tous les gens qui voyagent que dans le but de se montrer aux autres dans l'objectif: et que je me mets en scène, et que je me selfise à outrance, et que je te me poste sur instagram ou face de bouc...

Au bout du compte, le voyage lui-même, en tant que découverte des autres et du monde, est oblitéré... la notion même de voyage est vidée de son sens: on ne va voir ailleurs que pour se regarder soi-même.

J'en ai vu qui ont visité des lieux touristiques en ne les regardant qu'à travers l'écran de la tablette servant à filmer: genre ils filment TOUT, en vrac...

Le champion du monde reste quand même le mec que j'ai croisé plusieurs fois dans la même journée et qui se filmait lui-même en train de visiter la ville, sans interruption...

Ce monde est fou.

Fil RSS des articles de ce mot clé