API - Badgit - I'm baaaad, I'm baaaad...

Histoire de bosser un peu sur l'utilisation d'Imagick (pour lequel je m'étais fait des notes ici 12) j'ai essayé de faire une petite «api» de génération de badges simple.

Objectifs

  • Un script qui permet de faire des badges à une ou plusieurs parties,
  • gestion de la taille de police et de la police,
  • gestion des couleurs,
  • gestion d'icônes

Résultat

On peut appeler l'api directement en précisant les variables suivantes:

  • txt: le texte; s'il y a plusieurs parties, on les sépare par un |. exemple ?txt=trop beau|pas vrai
  • backcolor: la couleur de fond; on peut préciser la couleur de chaque partie en les séparant par | aussi. La notation se fait comme en css (sauf pour le # qu'il faut omettre) ```F00|red|rgba(255,0,0,0.5)
  • textcolor: pareil pour le texte. Par défaut, badgit va choisir le blanc ou le noir afin de maintenir le meilleur contraste.
  • fontsize: la taille de police
  • font: une des fontes installées. Je n'en ai mis que deux pour le moment mais on peut utiliser «courier» par exemple.
  • icon: le nom d'une icône de iconeleon (j'ai d'ailleurs ajouté une option pour copier le nom en question depuis l'api d'icônes.)

Exemples

api.warriordudimanche.net/badgit/?txt=Mon%20super%20badge&backcolor=red&txtcolor=&icon=&font=montserrat.ttf&fontsize=16

api.warriordudimanche.net/badgit/?txt=Mon%20super|badge&backcolor=red|pink&txtcolor=pink|red&icon=&font=montserrat.ttf&fontsize=16

api.warriordudimanche.net/badgit/?txt=Mon%20super|badge|de%20ouf&backcolor=red|pink|maroon&txtcolor=pink|red&icon=&font=montserrat.ttf&fontsize=16

api.warriordudimanche.net/badgit/?txt=Mon%20super|badge%20|de%20ouf%20&backcolor=red|pink|maroon&txtcolor=pink|red&icon=|fontawesome_solid/smile-beam.svg|fontawesome_solid/hand-back-fist.svg&font=montserrat.ttf&fontsize=16

Frontend

J'ai goupillé aussi un petit front basique, histoire de ne pas se taper tout au clavier.

FireShot Capture 026 - Badgit - api.warriordudimanche.net.png

Conclusion

Ça ne servira sans doute à personne mais bon, sait-on jamais

Ceci dit, il y a une classe badge qui peut faire l'affaire quelque part...

Le code est là : https://api.warriordudimanche.net/badgit/?download

LocalSend : envoyer des fichiers sur toutes les machines facilement

Bon, c'est un fait, envoyer des fichiers sur toute machine de son réseau quel que soit son OS, c'est chiant... il y a bien KDE Connect et Warpinator... Mais c'est pas toujours foufou - et je suis un fervent adorateur de KDE Connect.

Déjà, c'est opensource et dispo sur Fdroid pour Android avec une version .deb/appimage... 👍

Localsend, qui se veut l'équivalent d'airdrop sur les machines à la pomme pour les poires (#payeTonTrollGratuit), semble une bonne alternative.

index.png
Via La river

Outils pour Uptobox

Des outils pour uptobox ? MERCI !

Donc, si j'ai bien compris, il faut se dégoter un token uptobox puis l'utiliser pour débrider les liens normaux et les changer en liens premium.

J.O.I.E !

EDIT: https://ecirtam.net/opennews/?w82D5Q ça marche FUCKING trop bien

Via https://ecirtam.net/opennews/

Url forwarder | F-Droid - Free and Open Source Android App Repository

Je ne sais plus si j'avais partagé ça, mais bon...

Une appli android qui permet de partager une URL vers une autre URL.

A quoi ça sert ?

Vu que les bookmarklets sont impossibles sous firefox android (à moins que ça ait changé récemment ?!), on ne peut pas, par exemple, poster un lien vers son propre site afin de le gérer/partager/archiver, comme je le fais avec weblinks pour PluXML.

Solution

Screenshot 20230307-081020.png

URLforwarder permet de créer un «filtre» vers lequel on partage via l'option partage d'android. L'appli se chargera de compléter l'URL en fonction du filtre (@URL avec l'URL, @SUBJECT avec le titre de la page)

Ça a fonctionné parfaitement pour mon cas et ça résout très bien mon souci pour archiver vite fait des liens visités sur mon mobile...

Online File Generators for Laser Cutting - Maker Design Lab

Plein de générateurs de SVG de découpe au laser pour des modèles de boîtes de toutes sortes et formes, de roues dentées, de puzzles etc... et même des découpes de boîtes en papier...

très utile ! Pour les descriptions, je vous conseille le lien d'origine.

Boîtes:

Roues dentées:

Labyrinthes:

Divers:

Nesting

regrouper les objets pour une découpe optimale

Autres sources:

Modèles de jouets en bois

LaserRGBL: dur mais bon.

introduction liminaire avant de commencer

Dans le monde merveilleux de la découpe et gravure laser, je débarque à peine, il me faut bien l'avouer... Toutefois, comme dans beaucoup de domaines dans lesquels le montant à investir au départ est inversement proportionnel aux difficultés que tu vas rencontrer dans l'utilisation de l'appareil. le bazard est ardu, en particulier quand on ne t'explique pas les trucs à la base.

Le choix du logiciel de gravure n'échappe bien entendu pas à cette règle: si tu veux que le bouzin fasse des trucs un peu tout seul ou sans trop de prise de tête, il faudra faire tomber 60€ pour acheter LightBurn, qui semble la référence en la matière.

Sinon, tu te tourneras vers la seconde référence: LaserGRBL. Il est gratuit et ça c'est bien. Mais il ne tourne nativement que sous windows et ça c'est pas bien.

Les plus assidus se rappellent du billet précédent dans lequel je fournissais deux façons de faire tourner ce logiciel sous linux ( https://warriordudimanche.net/article1800/sculpfun-s9-gravure-decoupe-laser-pas-trop-cher ) : la difficulté est moins de faire démarrer laserGRBL que de lui faire détecter la machine sous linux... ça semble possible, mais comme souvent pour les trucs peu répandus ou geekesques, sous linux, ça devient assez peu intuitif... et pour ma part, j'ai pas le temps.

Certains me diront sans doute: «mais pitin, y'en a plein, t'oublies Ci, t'oublies Mi...» oui,oui, ok... https://alternativeto.net/software/lightburn/

Mais ya un moment, il faut bien choisir.

Les captures sont celles de la version windows pour le travail sur l'affiche Harry Potter de l'article précédent, juste pour que vous compreniez ce que vous voyez (référence à https://www.youtube.com/watch?v=xJ2tOJhx2s4 )

alt

LaserGRBL

En ce qui concerne l'utilisation et l'aspect intuitif, LaserGRBL est à la gravure laser ce que vim est à l'édition de texte... voyez ?!

ça marche bien mais faut connaître...

Et pas lésiner sur   les antidépresseurs

Toutefois, avant de vous lancer, gardez en mémoire que l'alcool n'est pas la solution.

L'interface

Je vais pas vous faire une lecture des sous-menus - qui est au tuto ce que le tang est au jus d'orange - mais juste un survol des trucs à voir.

Le menu

1.png

Le menu principal est celui qui sera le plus utile: on y trouve le point de départ de toute réalisation: l'ouverture ou l'ajout d'un fichier (image ou gcode)

Connexion et nb de passes

3.png

La zone de gauche donne accès à un élément important (outre le bouton servant à connecter la graveuse): le nombre de passes. Contre toute attente, ce n'est pas un paramètre comme les autres, il n'est pas avec les réglages laser.

Rien ne vous dit d'ailleurs où ce trouve ce réglage en dehors du survol. Mais heureusement que ya Bronco pour vous sortir de la merde: c'est la petite case à côté de la barre progression qui dit combien de fois le travail doit être répété (sur l'image ya un «1», donc le travail ne sera fait... qu'une fois: bravo à toi dans le fond.).

Un petit label aurait été de bon aloi...

Et le petit triangle, là, encore à côté, c'est celui qui sert à lancer le processus de gravure/découpe...

visualisation du projet

A droite, vous retrouvez une représentation visuelle des éléments ajoutés (le résultat du Gcode généré): ils s'afficheront de la même façon qu'ils seront tracés sur la découpeuse.

4.png

Dans cette capture, trois fichiers ont été utilisés: le titre (découpe), la photo (gravure) et le sous texte (découpe)

Contrôle de la zone de gravure

5.png

Ces icônes s'avèrent utiles pour placer ou visualiser la zone sur laquelle la gravure va se faire. Ne serait-ce que pour vérifier qu'elle se fera à l'endroit du support où vous espérez...

  • Le bouton center place le laser au centre de la zone de gravure occupée par l'objet.
  • Le bouton corner déplace le laser dans le coin en bas à gauche de la zone de l'objet.
  • Le bouton frame fait le tour de la zone occupée par l'objet afin de vérifier s'il y a un débordement.
  • focus et blink servent à déclencher le laser à sa puissance minimale pour en visualiser le point d'impact exact.

Étapes de gravure/découpe

Avec ce logiciel, on passe toujours par les mêmes étapes:

  1. choisir un fichier (image dans un premier temps)
  2. importer le fichier : le convertir de façon à en avoir une version exploitable par le logiciel
  3. saisir les réglages de la découpeuse afin de produire le Gcode correspondant.

A chaque fois, vous passerez par ces étapes: pour tout changement de réglage, tout nouveau travail...

Voyons ce que ça donne avec le fichier de titre à découper

1. choisir le fichier

Il peut s'agir d'un fichier image ou d'un fichier Gcode. Ici nous choisirons un fichier image: hcoke.png

2.png

Les noms sont explicites,   je pense

2. importer le fichier

6.png

La fenêtre suivante sert à convertir l'image en fonction de ce qu'on veut obtenir. En gros, on peut choisir d'importer l'image telle qu'elle et de la convertir en lignes de dégradés de gris («tracé ligne par ligne» ou « pointillisme») ou alors de ne conserver que les bords extérieurs («vectorisation»).

Habituellement, pour la découpe, on se sert de la vectorisation.

3. Réglages du laser

7.png

C'est là qu'on va régler la puissance et la vitesse du laser. Mais avant tout, on choisit le mode du laser !

Notez bien ça paske c'est  SUPER IMPORTANT (et vous  allez l'oublier)
  • M3 -constant ➜ la puissance du laser restera celle indiquée dans le réglage tout au long du travail: c'est le mode utilisé pour la découpe.
  • M4 - variable ➜ la puissance du laser variera de zéro à celle indiquée dans le réglage en fonction de la nuance de gris à rendre: c'est le mode utilisé pour la gravure.

Ensuite vous pouvez spécifier la vitesse du laser en millimètres par minute et la puissance de 0 à 1000 (0% à 100%).

La rubrique du bas permet de spécifier la taille de la découpe et son décalage par rapport à l'origine 0,0 (en bas à gauche pour la S9 sauf si vous avez utilisé le bouton de LaserGRBL servant à fixer l'origine ailleurs). C'est là que vous décalerez les différents objets les uns par rapport aux autres dans les projets mêlant gravure et découpe)

Les plus observateurs d'entre-vous - ou ceux qui sont le plus habitués aux interfaces laconiques - auront remarqué le bouton en forme de livre. Un clic dessus vous donne accès à des préréglages selon une grande quantité de machines via la MaterialDB (mais pas la S9, j'ai du éditer la base via le menu GRBL>MaterialDB) :

8.png

Ici on prend les réglages pour découper du papier 100% / 800 mm/m / 1 passe en M3.

Une fois les réglages effectués on se retrouve devant l'écran principal où l'on n'a plus que le nombre de passes à préciser et un clic sur le bouton pour lancer le taf.

Pour la gravure

On passe par les mêmes étapes sauf qu'on choisit le mode M4:

  1. On choisit le mode tracé ligne par ligne (l'option qualité donne le nombre de lignes par millimètre... entre 5 et 10 s'avère pas trop mal mais j'ai peu testé.)

9 copie.webp

  1. On règle pour la gravure

10.png

Notez le M4 !

  1. on valide et on clique sur pour lancer.

Les trucs à se rappeler avant de se lancer

  1. vous allez faire des erreurs... beaucoup. Partez là-dessus et ne perdez pas votre enthousiasme... pour ma part, j'ai égaré le mien aux alentours de la huitième tentative avortée... plus moyen de foutre la main dessus. C'est l'entêtement qui a pris le relai du coup.
  2. vous pouvez mettre plusieurs «images» (cad plusieurs travaux de découpe/gravure) dans le même travail, il suffit de sélectionner ajouter un fichier au lieu de ouvrir un fichier. Par contre, en cas de changement de réglages, il faudra tout reprendre à zéro, depuis le premier document: c'est vite chiant, surtout quand on ajoute les soucis de placement à ceux des réglages du laser. Heureusement il y a le point numéro 3 (ouf)
  3. quand vous avez obtenu de haute lutte un GCODE dont les réglages fonctionnent, vous pouvez le sauvegarder comme fichier de travail: ainsi, sur une réalisation complexe avec des découpes des gravures etc, on peut faire le Gcode de chaque élément et les ajouter ensuite. On peut même sauvegarder le tout dans un nouveau fichier gcode (titre.gcode + photo.gcode + txt.gcode = total.gcode)
  4. M3 -constant ➜ découpe / M4 - variable ➜ gravure
  5. Ce tuto est un premier jet réalisé après deux jours en partant de zéro. Il s'agit de notes pour moi-même et pour le pauvre copain qui va se lancer comme moi au talent. C'est amené à évoluer avec les nouvelles tentatives, les prochaines erreurs, les commentaires d'aide que je recevrait et tout ça

Résumé en un diagramme (à actualiser)

Untitled Diagram(1).png

Je vous tiens au courant !

API + BOT = RTE_color_bot (@RTE_color@piaille.fr)

Parfois, un post en entraîne un autre... Ainsi, tu t'es mis à coder un BOT presque par inadvertance - avec les difficultés qu'on connaît - et tu le partages parce qu'il n'y a pas de raison que l'auteur soit le seul à pleurer... pis t'as un copain qui te lit et qui prend le truc au sérieux... en tout cas suffisamment pour te proposer d'en faire un autre !

Non, c'est vrai ?!    T'AS TROUVÉ ÇA BIEN ?!

Donc, me v'la reparti pour un tour...

Objectif de la demande: récupérer les données de l'API RTE tempo ( https://data.rte-france.com/catalog/-/api/consumption/Tempo-Like-Supply-Contract/v1.1 ) pour dire la couleur du jour et celle du lendemain et les poster sur un bot mastodon (mais pouvoir appeler le script comme une API aussi)

Je suis donc parti pour tester ladite API: pour la faire courte, ça m'a permis - après les galères d'usage - de comprendre comment tout ça fonctionnait (en particulier la demande d'un token, l'appel d'une api en php etc)

J'en suis arrivé à un script qui produit un texte donnant la couleur du jour et celle du lendemain.

«Oui, mais ce serait cool...»

Le texte c'est bien, mais ce serait mieux si on pouvait récup les données en HTML et intégrer ça avec une Iframe, comme un code d'intégration.

Pis éventuellement en RSS aussi...

Bon, tant que j'y étais, j'ai aussi fait un mode json, au cas où on voudrait ça dans un frontend à soi...

Du coup, mon API s'appelle de plusieurs façons différentes:

  • URL seule ➜ retour en texte RAW (prêt à poster)
  • URL?html ➜ retourne le code HTML
  • URL?json ➜ renvoie les données en JSON
  • URL?rss ➜ le flux RSS de l'API
  • (cadeau bonux) URL?embed_code ➜ retourne le code pour mettre ça sur son site avec une iframe.

Pour faire bonne mesure

Le script produit un fichier pour chaque type de retour et ne le régénère qu'une fois par jour afin d'éviter de se faire «hammerer» comme dit @parigotmanchot

Jusque là, tout va à peu près dans un monde couci, couça

À ce stade, le script fonctionne même si le code est un peu sale et pas bien rangé... il fait ce qu'on lui demande. A part que parfois, il ne donne pas la couleur du lendemain... mais pas en local... juste en distant. Je n'ai pas encore vraiment cherché pourquoi, mais je pense que c'est dû au moment où l'on appelle l'API de RTE.

Pourquoi s'en tenir là ?

Tant que j'y étais, j'ai regardé l'API ECOWATT ( https://data.rte-france.com/catalog/-/api/consumption/Ecowatt/v4.0 ) qui donne une couleur et un message décrivant le niveau de stress du réseau.

Du coup, le script appelle les deux API et retourne les données cumulées des deux.

ce qui donne ça

Capture du 2022-12-11 10-47-34.png

Capture du 2022-12-11 10-49-23.png

J'en veux j'en veux...

Si ça vous intéresse, le zip est là : RTETempo.zip et il est distribué sous stricte licence faites-en ce que vous voulez. 😅

Les constantes au début permettent de configurer un peu:

  • TOKEN_BASE64 : pour mettre votre propre jeton si vous voulez vous inscrire sur RTE (qui accepte les emails jetables type yopmail, je dis ça je dis rien 😬)
  • TEMPO_BEFORE_TODAY, TEMPO_BEFORE_TOMORROW, ECOWATT_BEFORE_TODAY, ECOWATT_BEFORE_TOMORROW : pour définir le texte renvoyé avant la couleur.
  • HTML_STYLE : pour changer le style du HTML généré
  • TEMPO_HTML_TEMPLATE, ECOWATT_HTML_TEMPLATE : pour changer le code HTML à utiliser en cas de retour HTML
  • ECOWATT, TEMPO : deux booléens permettant de débrayer l'un ou l'autre des appels (si vous ne voulez que ECOWATT ou que TEMPO)

Et le BOT ?!

Ben j'ai fait un autre BOT pour poster les couleurs du réseau une fois par jour... https://piaille.fr/@RTE_color ( @RTE_color@piaille.fr )

Capture du 2022-12-11 11-01-14.png

Optipic: une «api» pour optimiser les images

Le cadeau du jour: un script qui permet d'automatiser l'optimisation d'une image pour le ouaibe sans passer par une appli quelconque.

Le problème

Tout le monde est d'accord pour affirmer qu'il est indispensable de minimiser le poids des pages web et que dans cette optique, le premier geste - après avoir viré les bibliothèques inutiles bien entendu - reste l'optimisation des images.

J'avais vu passer un article fort bien écrit sur ce sujet mais hélas, j'ai omis de le bookmarker et paf: le voilà perdu dans les méandres de mon historique sur un des ordinateurs que j'utilise.

Tout le monde est d'accord sur le principe mais souvent, c'est comme l'écriture de la doc ou les tests unitaires: on a la flemme de s'y coller...

J'ai parfaitement conscience  de la déferlante de commentaires  que cette comparaison risque  de me valoir !

Ze solution

L'idéal serait bien sûr que l'optimisation soit transparente et automatique... genre: tu te contentes de passer à la balise img l'URL de l'API avec celle de l'image et POF, tu as l'image en version optimisée.

Comment ça   «t'es pas cap' ?»

Optipic est donc un script auquel on passe l'URL d'une image, le format souhaité, le niveau de qualité et -éventuellement - la largeur maximum pour obtenir en retour l'image transformée.

Les paramètres sont les suivants:

  • i ➜ l'url de l'image
  • maxwidth ➜ la largeur maximum de l'image (opt.)
  • format ➜ le format de sortie de l'image : jpg,gif,png,webp,avif (PHP 8 minimum pour l'avif)
  • quality ➜ la qualité (niveau de compression) de 0 à 100

Le script renvoie directement l'image transformée avec le header adéquat et du coup, c'est transparent pour HTML/CSS.

Notez que l'image optimisée est sauvée dans le dossier rendered/ afin d'éviter une charge inutile: si une image a déjà été optimisée, le script la sert directement au lieu de la refaire à chaque fois.

But there's more !

Même si ce script est déjà à ce stade absolument fabuleux (si, si !), je me suis dit que les paramètres risquaient de se répéter et qu'il pouvait s'avérer fastidieux de retaper le tout à chaque fois. Par conséquent, j'ai ajouté la possibilité de créer des scripts d'optimisation - un peu comme dans scriptopic.

Ainsi, si vous placez un fichier PHP contenant les paramètres dans le dossier scripts/ , vous pouvez l'appeler via le paramètre $_GET script:

Exemple: je cree scripts/webp.php et je mets dedans:


// webp  50%
$params=[
    'format'        =>'webp',
    'quality'       =>50,
    'maxwidth'      =>null
];

Puis je l'appelle en faisant : api.url/?script=webp&i=http:/image.url/pic.jpg

Pour le moment, il y a quatre scripts: jpg80,jpg70,avif,webp... à vous de créer les vôtres en fonction de vos besoins...

Et ça marche ?

Ben j'ai fait un test dans ce blog pour voir avec mon image de titre LOL:

version originale

qui pèse 113 ko en jpg

Puis avec son optimisation via le script webp ci-dessus:

version optimisée

qui ne pèse plus que... 18 ko en webp 50%

Et ça juste en rajoutant https://api.warriordudimanche.net/optipic/?script=webp&i= dans le chemin de l'image.

la classe

En cas d'erreur ?

Si Optipic ne parvient pas à créer l'image, il crée une image d'erreur à la place, histoire de voir le souci quand même...

la classe

Ce comportement peut être débrayé avec la constante ERROR_PIC ligne 29.

Test, téléchargement pis tout ça

Comme pour toutes les api de ma page, le script est téléchargeable via le ?download : https://api.warriordudimanche.net/optipic/?download et testable au même endroit: https://api.warriordudimanche.net/optipic/?i=...

Nota bene

  1. Pensez bien à mettre le paramètre d'URL (i) en dernier car sinon, php inclura les paramètres dans l'URL passée
  2. Même avec un script vous pouvez toujours changer un paramètre. Exemple: ?script=webp&quality=30&i=xxx permet de changer la qualité précisée dans le script (50).
  3. Par défaut, le format de sortie est le jpeg mais c'est configurable dans la constante DEFAULT_FORMAT ligne 28

Au passage, ce script utilise une classe que j'avais codée pour scriptopic: pictools. Grâce à elle, le travail d'optimisation tient en


    $picture=new pictool($params);
    $picture->load($url);
    if (!empty($params['maxwidth'])){
        $picture->resize($params['maxwidth']);
    }
    $picture->save($generated_picture_path);
    $picture->display();

Cadeau !

Merci qui ?!
Qui a dit   jacky et michel ?!

YoutubeRSS

Hier, je me suis aperçu que le bookmarklet que j'avais fait pour trouver le flux RSS d'une chaîne youtube ne fonctionnait pas toujours 🤬: en effet, si l'URL de la chaîne n'est pas du type www.youtube.com/channel/xxxCHANNEL_IDxxx ça ne fonctionne pas... Or, les chaînes peuvent être aussi sous une forme dans laquelle le channel_id n'apparaît pas.

zut flûte et cacaboudin

Du coup, je m'y mets

Au lieu de laisser youtube me chier dans les bottes, je me suis dit que, si le channel_id n'est pas dans l'URL, il doit être planqué quelque part dans le html de la page.

En fouillant un peu, twingo bongo jannielongo bingo 🥳 J'ai trouvé ça en parsant avec (presque) la même regex que pour l'URL.

con.jpeg

J'ai donc codé vite fait une «api» qui renvoie l'URL du flux RSS d'une chaîne Youtube dont on fournit l'adresse.

On peut l'utiliser avec le frontend minimaliste prévu, en faisant une requête GET ou via le bookmarklet qui va bien.

Le tout est bien entendu utilisable, autohébergeable et modifiable, comme d'habitude

Allez !

MAJ Metabook - search ebooks on multiple websites [EDIT]

J'ai mis à jour les regex de metabook pour supprimer fourtoutici (trop de déboires et une recherche désormais en POST) et pour y ajouter la nouvelle adresse de zlibrary

Finalement, j'ai remis fourtoutici qui semble avoir remis la recherche via GET: j'ai ajouté le lien direct vers la page de download.

http://slurp.warriordudimanche.net/?p=ebook

Release Upscayl v1.5.5 · upscayl/upscayl · GitHub

Jusque là, j'utilisais un service en ligne pour upscaler proprement des images: waifu2x

J'en avais parlé à deux reprises: lors d'un test puis pour le comparer à d'autres services identiques.

J'ai toujours été très satisfait de waifu qui produit un rendu très propre et élimine vraiment bien les saletés du jpeg.

Comme Seb a repartagé Uspscayl, je me suis dit que je pouvais tester et comparer avec mon favori.

J'ai donc repris les images utilisées dans les tests précédents et je les ai passées dans Upscayl... Verdict.

TLDR; Upscayl winner

Globalement, cette appli s'en sort encore mieux que waifux2: meilleure suppression des artefacts, meilleur lissage, meilleur rendu de certains détails.

Test 1 : la fleur

Le rendu est meilleur, plus détaillé et les à-plats semblent plus lisses.


originale 200x200 - 26ko


waifu 800x800


Upscayl 800x800 - 431ko

Test 2 : la fête

Rendu équivalent mais deux fois plus grand.


originale 709x510 - 145ko


waifu x2

Capture du 2022-10-03 17-05-36.jpg
Upscayl 2800x2000 - 6.9 Mo
(redimensionnée pour le poids ici, voir image réelle)

Test 3 : le chat

Bien meilleur rendu, moins de pixels parasites et de bruit, meilleure netteté, aspect Fluffy mieux rendu.


originale 374x346


waifu x2

1611657689-eavybreathing upscayl 4x realesrgan-x4plus.jpg
Upscayl 1496x1384 - 1,1Mo

Test 4 : la photo

Image bien plus fine et lissée mais au prix d'une perte de détails: l'image peut paraître «trop» lisse; de plus, l'IA semble parfois «surinterpréter» certaines parties de l'image, comme ce mouvement entre les sourcils qui n'est pas dans l'image d'origine ou les cheveux en haut à gauche dont on voit que l'IA a comblé avec ce qu'elle «sait» des cheveux...


originale 236x300 - 26.6ko


waifu 472x600 - 389ko

1611657999-face upscayl 4x realesrgan-x4plus.jpg
Upscayl 944x1200 - 825,4 ko - 1,1Mo

Conclusion:

Upscayl fait mieux que waifu dans tous les domaines: la qualité est meilleure, le rendu plus net, les artefacts absents... en plus Upscayl multiplie par 4 (voire 8 !) d'un coup là où waifu se contente d'un x2 au mieux. Par contre, certaines parties des images peuvent donner lieu à une interprétation un peu artificielle. Mais ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain: Upscayl s'en sort vraiment très bien !

Via https://sebsauvage.net/links/

Liste d'alternatives libres aux interfaces des GAFAM

Un fil que l'on doit à LutinDiscret sur les interfaces alternatives pour les services divers du ouaibe. J'en fais un résumé ici que je compléterai au fur et à mesure.

TWITTER

alternative: nitter

on remplace le nom de domaine twitter par celui du service. twitter.com/Snowden ➜ nitter.42l.fr/Snowden

YOUTUBE

1- Piped

une interface minimaliste et propre

2- Invidio.us

Sans doute le plus célèbre

3- Cloudtube

très ressemblant

4- BeatBump

Pour écouter de la musique

TIKTOK

proxitok

REDDIT

teddit

un frontend ultra léger et minimaliste

libredd

Interface très propre et sobre

IMGUR

Rimgo

INSTAGRAM

Bibliogram

MEDIUM

Scribe

EXTENSIONS

Privacy redirect (abandonné ?)

Redirige les requêtes des GAFAM vers leurs alternatives de façon transparente.

https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/privacy-redirect/

LibRedirect

autre version de PrivacyRedireect

https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/libredirect

Fil RSS des articles