J'abandonne...

Voilà, ça-y-est, je lâche l'affaire sur le numérique avec mes classes.

Ils ont tous fini par gagner, je ne veux plus perdre de temps ou d'énergie à me battre contre des moulins et des chefaillons qui mouillent à l'idée d'entraver les démarches pédagogiques des autres.

Remise en contexte

Dans mon collège, ça fait une dizaine d'années que je travaille avec des applis de mon crû pour entraîner et évaluer les élèves: grâce à elles, les mômes peuvent refaire les interros à la maison autant de fois qu'ils le souhaitent, leurs résultats sont stockés et répartis sur les compétences du socle commun automatiquement. C'est un système qui en plus leur permet de tâtonner un peu pendant l'interro grâce à un système de nombre de tentatives qui laisse aussi apparaître une aide (juste/faux) pour les guider.

J'ai également un plan de classe numérique qui simplifie la tâche lors de l'évaluation d'une tâche en cours.

Seulement voilà

  • En fin d'année dernière, on m'a expliqué que je n'avais pas le droit au wifi et que je n'avais pas le droit d'utiliser ma propre borne.
  • cette année, l'équipe technique départementale est venue moderniser l'infrastructure informatique ce qui a pour conséquence directe de ne plus me permettre d'utiliser un réseau wifi perso ou même les vieilles machines récupérées deci-delà pour me goupiller une salle info de bric et de broc. Pas de solution de rechange à part demander une dotation à la DANÉ.
  • cet organisme veut bien faire mais tout projet doit-être motivé de telle façon qu'il leur est facile de refuser une dotation.
  • là, après une réunion sur la question, on est venu me faire chier avec le RGPD et le stockage des données des élèves: en gros, t'as pas le droit d'associer note->nom, ce qui empêche TOTALEMENT d'utiliser des applis persos pour l'évaluation (comment tuer toute forme de motivation et d'inventivité)
  • le chef, qui a failli jouir dans son froc à ce moment-là, a saisi l'occasion pour dénigrer mon boulot («attention avec les applis pirates» «des applis bidouillées») Pauvre con.

Conclusion

Je pourrais me mettre à trouver des solutions techniques pour contourner la volonté de mettre les bâtons dans les roues, je suis certain d'en trouver. Mais pourquoi ?!

Pourquoi gâcherais-je mon temps, mon énergie et ma santé pour un travail de merde dans lequel la hiérarchie fait tout pour entraver les initiatives ? (la mienne n'est pas la seule)

Je vais donc lâcher l'affaire complètement, virer les ordinateurs de ma salle et cesser d'utiliser le numérique dans mes cours: je vais revenir à la bonne vieille feuille d'interro sur papier et les listes de notes à la con.

Par contre, que plus personne ne vienne me casser les couilles avec le numérique au boulot...

❝ 36 commentaires ❞

1  Gilles le

Ça a l'air d'être la dèche.
Ceci dit, deux p'tits trucs :
- tu as pas de souci avec le droit de réserve LOL parce que dire que ton chef est un con, ça risque de pas le faire :P
- le RGPD est roi et c'est tant mieux. Mais il se "contourne" facilement : suffit de demander aux gens (tes élèves/parents ?) s'ils sont ok pour que tu utilises leurs "données" (leurs infos) pour ce que tu fais en numérique + le fait de ne pas stocker pour autre chose ni plus longtemps que nécessaire. Le parent qui refuse tu refourgues une interro papier équivalente au numérique pour bien faire chier les parents en exo à la maison :D

 
2  Bronco le

Oui, c'est bien chiant...
J'ai bien pensé de suite à cette solution: en gros, recueillir le consentement explicite des parents avec un imprimé qui résume le tout.
Je t'avouerais que pour le moment, j'en ai gros, du coup, j'ai du mal à redescendre et à prendre les choses de façon constructive...

 
3  Alzorglub le

"tu as pas de souci avec le droit de réserve LOL parce que dire que ton chef est un con, ça risque de pas le faire :P"

Il n'a pas associé con>nom, c'est donc rgpd compatible :P

Le pire c'est qu'ils ne donnent aucune solution de remplacement au moins équivalente, ils se contentent de casser l'existant qui fonctionne contre..rien.
J'ai de plus en plus de mal à comprendre cette institution; mais que veulent-ils ?

 
4  Bronco le

Exactement

Ben l'objectif à long terme est sans doute de casser un système :
* qui coûte cher,
* qui résiste aux tentatives de modifications sauvages,

D'autres pays sont parvenus à briser leur service public d'éducation avec le temps et l'acharnement (angleterre de thatcher, amérique etc) au profit des institutions privées, qui ne coûtent rien à l'état et rapportent du pognon tout en renforçant les inégalités sociales là où le public fait de son mieux pour les résorber (je parle des personnels, hein)

Une fois que le système ne fonctionne plus, on le termine en disant vous voyez, c'est de la merde.
Et ça passe par le fait de dégoûter les gens de devenir prof: un prof, ça a un statut, ça coûte cher; alors qu'un vacataire, on peut le traiter comme de la merde, le virer etc et il ne coûte rien à former.


Les perdirs (personnels de direction) sont formés à ça officieusement... (source syndicale, donc...)
J'ai vu les fiches données aux perdirs lors de leur formation (manipuler son interlocuteur toussa)

 
5  RGPD le

Le RGPD s'applique à tout fichier personnel, donc que le lien note->nom soit sur informatique ou sur papier, ce sont les mêmes contraintes en réalité.

 
6  Bronco le

Tout-à-fait: ça a été souligné avant que le chef ne noie le poisson en rappelant qu'il fallait également une déclaration à la CNIL.
Comme je n'ai plus la santé pour affronter tout ça sereinement (bataille pour obtenir éventuellement du matériel pour travailler, selon le bien vouloir du chef et de la DANÉ, bataille avec le chef, bataille pour le wifi plus ouvert, bataille pour le RGPD et la CNIL...) je lâche l'affaire et j'essaie de ne pas me rendre malade.

 
7  HMA le

Je ne suis pas sûr que le RGPD stipule une collecte "informatique" des donnés. Ce que je veux dire par là, c'est que la collecte du nom et de la note de l'élève, sur feuille ou application sont du même ressort : c'est une collecte de données personnelles.
Du coup, tu n'es pas plus hors des clous avec une application qu'avec un feuille de papier.

 
8  Bronco le

Mais ils ont également brandi *roulement de tambour dramatique* LA DÉCLARATION À LA CNIIIIIIL ! *tatatataaaaaaaaaa*

 
9  Pascal le

Il n'y a plus de déclaration à la CNIL mais une inscription au registre des traitements (local) dont le chef d'établissement a la responsabilité.

https://www.reseau-canope.fr/fileadmin/user_upload/Projets/RGPD/RGPD_WEB.pdf

 
10  Double F le

Le moyen technique n'a rien à voir au sujet, peu importe que ce soit informatique ou papier.
Par contre, le RGDP remplace la déclaration à la CNIL (donc plus de déclaration).
Il faut
- réduire la collecte au strict minimum pour rendre le service (nom, prénom, classe, notes, pas le sexe, pas d'adresse si pas nécessaire, pas d'info sur les frères et sœurs, profession des parent, etc.)
- informer les parents des données collectées, de leur utilisation, et du droit d'accès et à correction
- évidemment, donner cet accès en cas de demande
- effacer les données à la désinscription, ou après un délai raisonnable et justifié après (à la fin de l'année, donc)
- il faut protéger les données (contre le piratage, etc.), attention, le début de jurisprudence va vers une obligation de résultat, pas de moyen.
- enfin, pas d'hébergement hors Europe

 
11  moa le

Pour la rgpd à la con un pseudo ou un numéro pour chaque enfants et le tour est joué non ?

Pour la connectivité par contre c'est pas clair je vois pas ce qui peut techniquement t’empêcher de créer un réseau wifi dans ta classe ...
Au pire sans connectivité internet ou avec ton phone en 4g et en Tethering qui ferait office de routeur .

m’ enfin bref c'est malheureux et ce surtout pour ceux qui sont toujours les dindons de la farce , j'ai nommé les élevés :(

 
12  Bronco le

C'est plus compliqué que ça:
1. l'élève doit sélectionner son nom et taper un mot de passe pour bosser: je pourrais peut-être contourner ça, mais je ne le ferai pas (je ne pers plus de temps GRATUIT à ça)
2. La connectivité pourrait être effectivement contournée: j'ai ma propre borne wifi dans ma classe (limitée à 15 connexions, mais bon); toutefois plusieurs choses me chiffonnent... JE fournis gracieusement le matériel (je paye pour bosser quoi) et en plus on me le reproche sur un ton vaguement menaçant et culpabilisant... tu vois le genre.
3. je ne paierai pas de ma poche un abonnement 4G illimité pour connecter mes élèves (on ne nous fournit même pas un stylo pour bosser, on nous flique pour les photocopies (et on doit aller quémander régulièrement), les feutres de tableau...)

Je suis tout-à-fait d'accord avec ta conclusion.

 
13  Seb le

As-tu songé à te tourner vers le privé ? Tu es manifestement bien trop motivé et bien trop compétent pour t'épanouir au sein de l'EN.

 
14  Bronco le

Merci pour le compliment ;-)
Je ne suis pas certain que les chefs dans le privé soient mieux que ceux du public: au moins, le mien, je l'ai envoyé chier

 
15  TYGER le

bonsoir fier warrior,

arf, allez lâche l'affaire quelques temps histoire de réfléchir à comment leur mettre la carotte.

ma femme est prof, elle est comme toi à prendre très à cœur tout ce qu'elle fait et je connais sa mine déconfite dès qu'il y a un grain de sable dans les rouages de son quotidien au lycée.

Donnes toi du temps avant de tout vraiment envoyer balader, l'esprit retord ça se construit et se peaufine au fil du temps, se bonifie. Faut prendre ça comme un jeu : tu as perdu une bataille mais certainement pas la guerre ! Fais le mort et revient au bon vieux papelard que tes élèves vont en regretter le numérique "que-c'était-mieux-après", si ils accrochaient ils vont vite se plaindre à qui de droit.

Bon courage, parce qu'à la fin, c'est nous qu'on va gagner !

 
16  Bronco le

Merci !
Je sais qu'il faut laisser passer du temps... mais là, j'avais besoin de me confier
De plus, je n'ai absolument pas l'esprit retors et la duplicité est une caractéristique qui m'est plutôt étrangère... du coup, je suis souvent démuni face aux coups de ceux que je n'ai pas vu venir.
En plus, je n'ai pas réellement l'impression de perdre dans le sens où au bout du compte, je me préserve: repasser au papier m'évitera beaucoup d'emmerdements (maintien d'une appli qui doit toujours fonctionner, gestion d'un parc de 22 rebuts informatiques qui fonctionnent très mal (et avec des classes à 30) etc)

La situation est certes injuste et paradoxale, c'est ce qui me met en colère, mais finalement, si je me débrouille bien, ce sera carrément moins de prise de tête pour moi et à chaque fois qu'on me parlera de numérique, je rappellerai le rôle de chacun dans cette histoire.

 
17  annonenmous le

Hello!
C'est toujours triste se voir des bonnes volontés tuées sur le sacrosaint hôtel de la bureaucratie impitoyable et souvent en marge des réalités.
Mais ça reste ton énergie, et ton investissement. Personne ne saurait te reprocher ta décision, elle t'appartient.
Merci pour tes élèves, pour leur avenir et pour le soin que tu as mis a faire ton boulot avec finesse dans un univers qui en manque.
Je t'invite, si ce n'est déjà le cas, a publié tes outils (sans garantie évidement), pour que ceux qui souhaitent investir leur énergie à leur tour puisse le faire!
Ton premier public affecté reste tes élèves et leur parents, eux ont un poids (limité certe) au pres de ce genre de bêtise.
Encore une fois merci de ton initiative !

 
18  Bronco le

Merci pour ce commentaire qui me fait du bien...
Pour les élèves et les parents, je leur expliquerai dès lundi... ;-)

 
19  bohwaz le

tu n'a pas une feuille d'appel avec la liste des élèves ? dans ce cas il suffit de ne plus demander leur nom mais leur numéro sur la feuille. et tu ne stocke que ça. comme la feuille d'appel n'est pas créée par toi même tu n'a plus a te soucier du rgpd.

après ça ne change rien aux autres problèmes et a une hiérarchie de merde qui essaye de saboter ton boulot :(

courage!

 
20  Bronco le

Pas bête en effet... mais l'objectif du chef étant d'entraver le truc, il trouvera autre chose. C'est ce qu'il a fait a d'autres reprises.
Ceci dit, ca peut être également un moyen de virer de pb de la.CNIL, vu que ce sont des données anonymisées et non personnelles ...

 
21  Moustique le

En fait le problème est à la fois plus grave et plus pernicieux, que ce soit dans le primaire, le secondaire mais également dans l'enseignement supérieur dans lequel je travaille. Il y a au niveau des instances dites "supérieures" des ministères concernés (Educ. Nat. et MESR) une offensive généralisée de Microsoft (M$) pour que tout ce qui n'est pas M$ soit banni. Et ton petit chef n'est que le petit maillon qui reçoit des directives sans le contexte, de plus haut (c'est comme cela que l'on met une dictature en place).

On est ainsi passé de LibreOffice à la suite M$ (les cerveaux des jeunes doivent être pollués le plus tôt possible), les écoles d’ingénieurs (privées et publiques) passent massivement sur Azure (ça ne chatouille personne que tous les rapports de fin d’études d’ingénieurs chez Thalès, Airbus & consorts [ironie : souvent estampillés Confidentiel Industrie], passent par chez M$) et le libre recule partout où il devrait progresser. Et on devrait encourager des gens comme toi plutôt que de les flinguer à vue. Que M$ soit totalement incompatible avec le RGPD (posez lui la question : l’infogérance Azure est obligatoirement fait de puis les USA, personne ne lit les contrats ; le chiffrement est impossible sauf à lui fournir les clefs) tout le monde s'en fout. Bref la dictature se met en place et Snowden a bousillé sa vie pour rien.

 
22  DayWalker le

Ce n'est pas tout à fait vrai cette histoire de M$ : certains établissements résistent. Oui, ils mettent la pression, et c'est d'autant plus facile qu'ils ont un quasi monopole. Dans le (gros) établissement supérieur qui me concerne, c'est Office 365 qui était dans les placards. Et finalement, à cause des labos en ZRR, les drive devaient être hébergés en France ET chiffrés. Au moins, là dessus, personne n'a cédé. L'ensemble a été chiffré (financièrement)...et finalement, c'est monstrueusement onéreux.

Le bon coté, c'est qu'office 365 "pour tout le monde" est enterré. Mais bon, les étudiants ne demandent que ca, d'utiliser des suites collaboratives, et il faut reconnaitre qu'il n'y a pas des masses d'alternatives et que c'est pratique.

 
23  kolage le

Cela me rappelle le temps où j'en passais la moitié à essayer, tous les jours, de prévoir quelle peau de banane la hiérarchie allait me jeter sous les pieds. Après deux logiciels, fait à la main, m'ayant permis de diviser mon temps de travail par 2 et gagner en fiabilité, finalement, "on" m'a tout fait jeter à la poubelle car "ils" se sont aperçus qu'il est interdit dans l'administration où j'étais de faire tourner des logiciels autres que ceux fournis par l'administration, question de "sécurité"...
Après cela, mon temps pour faire le même travail a curieusement été multiplié par 4... Le public, seriné par les médias, jette la pierre aux petits fonctionnaires visibles en oubliant allègrement que ce sont les cadres sup, les directeurs-adjoints, les directeurs, les chargés de mission et le Ministère qui enfoncent le petit personnel dans la médiocrité jour après jour...

 
24  tajikarao le

bonjour. alors je te soutiens de tout coeur. Ayant travaillé a la sncf au service informatique ben cest bizarre mais ils appliquent les mêmes pratiques. non renouvellement des machines a lagonie, interdiction de reutiliser les pc en fin de garantie (destruction meme si plus que fonctionnel....), degout des employés par les pratiques douteuses de la hierarchie pour saper le moral, devalorisation des services pour les arreter une fois que le bordel est bien installé. je te souhaite du courage pour la suite car a mon avis plus le temps va passer pire seront les choses.

 
25  Nic0s le

pour info le rgdp s'applique aussi sur les documents papiers .... il va falloir demander l'autorisation des parent pour que les eleves mettent leurs noms sur la feuille et pour y ajouter la note

 
26  HowTommy le

Mhhh je crois bien que non. L'objectif de la GDPR est d'empêcher le traitement (massif) informatique de données personnelles.
Elle ne concerne pas le papier de mémoire.
Si dans la BDD il y a des clefs "par élève" et que la correspondance nom/identifiant est sur une feuille, je crois bien que ça ne pose aucun souci niveau GDPR. Ca ne pose souci qu'en cas de fuite de données + vol de la feuille.

La question pour savoir si la GDPR s'applique est simple : si les données de cette BDD fuitent, est-ce qu'on peut retrouver des gens IRL à partir de ces données ? Si oui il faut le consentement. Si non... pas de problèmes GDPR.

 
27  HowTommy le

Hello,

Désolé pour toi. C'est triste de voir que les profs qui innovent et essayent d'améliorer les conditions de travail de leurs élèves doivent arrêter...

Pour la GDPR, juste une astuce : tu peux éviter ces problèmes en ne stockant aucun info perso. Chaque élève a un code créé/généré en début d'année, et toi tu as un document papier avec les correspondances nom/code. Dans ta BDD tout est lié à ce code, ce qui te permet de retrouver les élèves. C'est pas fou, mais ça marcherait. Et ça éviter les galères avec le consentement.

Courage !

 
28  Logan le

Pourquoi ne pas rendre les outils que tu as dev libres ? Ainsi, tout le monde pourra en profiter et je prend les paris que ça peut faire effet 'boule de neige'.

 
29  jerry wham le

https://www.cnil.fr/fr/dispense/di-017-fichiers-des-ecoles-et-des-etablissements-denseignement-secondaire
"La mise à disposition de téléservices, à l'attention des élèves ou de leurs responsables légaux n'est pas couverte par cette dispense et doit faire l'objet de formalités spécifiques auprès de la CNIL."
Donc le RGPD doit s'appliquer dans ce cas. Pas pour le papier par contre.

En tout cas, je suis de tout coeur avec toi

 
30  Zil le

Et pour pronote, ils ont signé le RGPD les parents ?

 
31  Un soutien le

Hello le Warrior,

Juste un court commentaire pour rejoindre le message d'encouragement des autres.
Tiens bon, ce que tu fais c'est formidable, lâche rien, et ne les laisse pas te pourrir le moral et la santé !
Les élèves et les parents te soutiendront à coup sûr là-dessus, n'hésite pas à faire appel à eux.
Si tu partages le code en FOSS et que tu l'annonces sur LinuxFR, Reddit, ... Ça va à coup sûr finir par attirer des personnes bien attentionnées prête à te donner un coup de main.

On te souhaite le meilleur à toi et tes élèves.

 
32  Bronco le

Merci pour ce soutien: c'est très important pour moi...

Pour le moment, je vais laisser tomber cette appli, au moins tant que le chef d'établissement sera celui-là (on espère qu'il demandera encore sa mutation et qu'il l'obtiendra, même si son incompétence et sa tendance à la picole sont notoires au rectorat)

En attendant, je vais réfléchir à la reprise complète du code qui a été victime d'une dizaine d'années de modifications successives, réécritures partielles, patchs rapides... en l'état actuel, je ne peux pas partager le bouzin avec une communauté qui ne m'a rien fait J'en suis au cahier des charges et à des tests de routines utiles.

Le jour où ça sera codé et assez abouti, je partagerai avec joie ;-)

 
33  erwan le

Bonjour,

Pour les personnes extérieures à l'Éducation Nationale, je viens ajouter ma pierre dans le jardin.
Moi aussi, j'abandonne. J'enseigne en BTS SIO (informatique, c'était trop explicite donc il fallait bien trouver un sigle) depuis 13 ans, je fais du développement (Laravel, Kotlin, Python, C#) et du réseau de base. J'enseigne depuis 2012 la spécialité ISN en terminale (c'est à dire 2h d'informatique par semaine), pour cela, un inspecteur de maths (cherchez le lien) est venu me voir en cours pour vérifier ma pédagogie (j'ai obtenu un CAPET en 2006) et j'ai du suivre 4 semaines de formation (où je n'ai rien appris). Avant d'être prof, j'ai travaillé dans une SSII, j'ai obtenu un diplôme universitaire bac+5 en informatique.
Depuis la rentrée, j'enseigne une nouvelle spécialité Informatique et Sciences du Numérique en première générale (4h par semaine pour un contenu lié à l'informatique). J'enseigne cette matière mais je dois être validé par un inspecteur de maths (cherchez toujours le lien) dont le niveau en informatique est proche de zéro (j'ai eu l'occasion de discuter avec lui de points techniques et il ne comprenait pas grand chose). Avec mon parcours, je pensais obtenir ma validation assez facilement, une visite de l'inspecteur et c'est OK.
C'était sans compter sur la capacité de nuisance des petits chefs, ma validation est refusée, je n'ai pas un niveau suffisant pour enseigner de l'informatique en première (je rappelle : diplôme bac+5 universitaire en info et 13 ans d'enseignement en BTS info), je dois suivre une formation pour me mettre à niveau...

Donc j'abandonne, j'ai mes heures en BTS, je vais rester en BTS (pour l'instant parce que l'avenir c'est plutôt démission) et je vais laisser des profs de maths enseigner l'informatique. Ça fera des élèves qui auront une idée complètement fausse de ce qu'est réellement l'informatique car malgré toute la bonne volonté de la majorité des profs de maths, ils n'ont pas une culture informatique.

Voici ce qu'est l'Éducation Nationale actuellement, des petits chefs qui font chier ceux qui bossent...

 
34  Bronco le

Merci pour ce témoignage... c'est conternant.

 
35  Lareinedeselfes le

Je passais là par hasard, en passant par chez Fred http://frederic.bezies.free.fr/blog/?p=7347 puis du coup par chez un inconnu pour moi https://cyrille-borne.com/ pour y découvrir un article avec ton nom.
Bien contente de voir que tu prennes cette histoire avec de la distance. Tu te protèges et c’est bien !
T’as pas l’impression que ça met du sens à ce que tu disais en Septembre ?
« J'en ai assez de mener des combats d'arrière-garde avec des gamins ayant de moins en moins envie d'obtenir le moindre résultat positif. » t’es certain que c’était vraiment des gamins que tu parlais ? Ne sont ils pas le miroir de ce qui se passe au dessus de toi ?….
ce ne sont que quelques réflexions .

Bon courage à toi et à tous ceux qui vivent une situation identique

 
36  Bronco le

Oui, sans doute que l'ambiance et la façon de tenir le collège influe sur les élèves et leur motivation.
Bisous !

 

Fil RSS des commentaires de cet article

✍ Écrire un commentaire

Inutile de poster un commentaire à la con pour vous faire de la pub, ce sera filtré et dégagé direct...

Quelle est la première lettre du mot hkipi ?