L'élagage cheapos ? La Bronco's touch.

Bon, déjà, vous avez échappé à un titre à la Achille Talon du type «Élagage élégant hélas éloigné ? L'élagueur nonchalant l'est, lassé», on peut s'en réjouir.

Dans le jardin, j'ai quelques arbres que j'ai plantés tout petits mais qui ont pris leurs aises: les tailler commence à devenir une superproduction façon «les jardiniers de l'extrême» (ça n'existe pas encore, mais ça va venir).

L'un d'entre eux, un saule de dix ans, mesure déjà sa petite dizaine de mètres, le coquinou... 

J'avais acheté un élagueur pas trop cher chez lemonarquemagicien, mais il ne faisait qu' 1m60 environ...

Me voilà donc parti pour une demi journée de grimpette arboricole devant la témérité de laquelle Tarzan lui-même aurait chié dans son pagne...


 

Bon, pour démarrer, je vous mets une photo du petit rebelle dans son environnement (vous noterez la cabane, la tour de jeu, le toboggan et les balançoires qui, d'une part, donnent l'échelle approximative et témoignent d'autre part sans coup férir du fait que je pratique l'élevage intensif d'enfants)

 

 

Le petit truc posé sur le tronc, c'est mon élagueur... on dirait un concours de bites dans un porno interracial (l'élagueur, c'est le blanc )

Les plus perpicaces auront noté la plate-forme en bois, fief exclusif de ma grande qui va s'y réfugier dès le retour du collège. C'est de cette plateforme que j'ai pu élaguer le haut, juste au-dessus de moi.

 

Hélas, pour les branches plus éloignées, c'était impossible, surtout pour quelqu'un affligé de l'envie de survivre à l'opération.

 

Retour sur lemonarquemagicien.fr pour voir les élagueurs plus longs... pique les yeux: trop cher.

Balade sur lechouetteangle.fr, rien de bien, ou alors à dache.

Retour à la case caverne d'ali baba garage à Bronco. Comment rallonger mon outil (chut au fond) sans que ça me coûte un bras ?!

 

oooh

(Non, ce n'est pas un tampon périodique... c'est le manche téléscopique d'un vieux balai de piscine: la corde, je l'ai rajoutée !)

Heureusement que je jette rien: voilà une rallonge qui va me coûter peanuts et me débarrasser en plus ! C'est parti !

 

Je remplace d'abord l'extrémité de la sangle sur laquelle on tire par une vieille accroche de hamac qui traînait

 

Puis j'attache à ma corde un mousqueton que je gardais pour une grande occasion, précieusement rangé dans la fameuse corbeille à merdier-dand-les-poches qui trône sur le meuble de l'entrée:

 

La corde ressort évidemment de l'autre côté du manche téléscopique.

 


 

Quand je veux rallonger l'élagueur, j'attache le mousqueton au crochet de hamac et je glisse le manche de l'élagueur dans la rallonge:

J'ai même fait un trou pour y mettre une vis de fixation.

 

Du coup, ça donne ça :

 

Je vous laisse faire toutes les vannes douteuses à base de spam «enlarge your penis», de sextoys de l'extrême etc. Moi, j'ai un arbre à mater

 

 

 

Image de titre: https://www.pinterest.com/hanbanbvi/basia-basia-basia-lumberjack/

It's alive !

Aaaaaaaaaaaaaargh !!! Trop ! Trop d'idées, trop de projets en cours, j'arrive plus à suivre...

Rien qu'hier j'ai pensé à deux nouveaux trucs cools à faire... genre ça... et toujours avec en fond la litanie des grumeaux qui m'appellent toutes les 90 secondes...

Où en est-on en matière de clonage ?! Parce que là, je serais bien preneur voyez-vous !

 

Je ne lâche rien, je continue, je me bats ! Allez tchuss les copains !

C'est petit mais c'est beau...

 Plutôt qu'un koitesce du lundi, je me suis dit que je pourrais regrouper les rushes des clichés pris au microscope et que je n'ai pas conservés pour le koitesce...

C'est joli, c'est petit, c'est une galerie, c'est mardi...

 

 

 

 


 

 

 

En vrac...

Snapshot_20140125_4.jpg
120.5 Ko
2014-10-08-145115.jpg
31.3 Ko
nicotigefeuille.jpg
101.2 Ko
2014-10-08-145324.jpg
115.7 Ko
Snapshot_20140119_14.jpg
90.1 Ko
moudess800x.jpg
114.2 Ko
Snapshot_20140306_4.jpg
165.8 Ko
Snapshot_20140119_7.jpg
44.2 Ko
lichenx800.jpg
122 Ko
Snapshot_20140308_3.jpg
117.5 Ko
lichenx20.jpg
122.5 Ko
2014-10-08-145239.jpg
56.3 Ko
Webcam-1395511065.png
426.3 Ko
pissenlit.png
707.6 Ko
2014-10-08-145209.jpg
73.2 Ko
2014-10-08-145229.jpg
35.3 Ko
Snapshot_20140119.jpg
25.1 Ko
Webcam-1395511295.png
563.6 Ko
Snapshot_20140119_4.jpg
45.5 Ko
Snapshot_20140119_15.jpg
38.4 Ko
Webcam-1395511310.png
703.2 Ko
Snapshot_20140308.jpg
137.6 Ko
2014-10-08-145141.jpg
50.4 Ko

Liseuse, le retour...

Ceux qui me lisent un peu régulièrement connaissent mon goût pour la lecture et ma préférence pour le bon vieux livre papier. 

Toutefois, et parce que j'aime bien me faire une opinion perso sans m'obstiner, je me suis fait offrir une liseuse.

 

Mon choix s'est porté sur une Kobo Aura qui rassemblait les caractéristiques indispensables à mon sens. 

Petit retour sur son utilisation pendant 15 jours.

 


Premier contact

Ma première crainte lors de la prise en main était bien entendu la lisibilité de l'écran: je dois dire que j'ai été très positivement surpris par l'appareil qui ne s'avère pas tellement moins lisible qu'une page de même format, même si le contraste est moindre (l'écran lui-même n'est pas parfaitement blanc)

Le format de la liseuse correspond à peu près à celui d'un livre de poche, ce qui le rend facile à prendre en main et à manipuler mais a un impact sur la quantité de texte affichable en une page.

Notez qu'en cas de luminosité faible ou de contraste insuffisant, l'écran peut être rétroéclairé, ce qui permet d'adapter les conditions de lecture selon vos préférences (l'intensité du rétroéclairage se règle en passant deux doigts sur la page dans un mouvement vertical)

 


Ergonomie

L'interface de la Kobo m'a paru très bien faite et très claire: elle est simple d'utilisation et on ne passe pas 5 minutes à chercher une option.

De plus, les commandes les plus usuelles sont accessibles très simplement : changement de page, affichage des menus, rétroéclairage, zoom se manipulent par simple contact des doigts; plus encore, les changements de page peuvent même se faire à l'aide de la main qui tient la liseuse (un simple clic sur un côté du doigt qui dépasse suffit !)

Autre point positif, beaucoup de choses sont configurables, y compris les commandes de doigts (zones de clics, mouvements etc)

 

La réactivité est évidemment en dessous d'un écran traditionnel -eink oblige- mais reste très rapide pour la lecture de texte... (en ce qui concerne la BD, c'est différent)

 

L'interface permettant la gestion de la bibliothèque est également bien pensée: elle permet un tri (lu/non lus/finis etc), la création de collections d'ouvrages regroupés par thème ou auteur et la page d'accueil contient les raccourcis vers les différents ouvrages/collections/applications consultés.

 

La lecture s'avère rapidement très agréable et on oublie rapidement le support au profit du texte.

Elle s'allume rapidement puis reste ensuite en veille (l'écran e-ink ne consommant rien une fois la page affichée). On arrête et reprend la lecture instantanément et c'est très agréable.

 

Certaines fonctions sont très utiles comme la possibilité d'annoter certains passages pour les conserver ou le dictionnaire donnant la définition d'un mot sélectionné directement (par un appui long dessus)

 


Avantages de la liseuse

  • rapide d'affichage et d'allumage: pas de perte par rapport à un livre,
  • excellente autonomie qui ne la désavantage pas face au livre,
  • nb formats pris en charge (bd, ebook, mobi, pdf etc la kobo aura lit tout)
  • légereté : plus légère qu'un livre et plus facile à tenir.
  • solidité
  • simplifie l'utilisation (marque page, annotations, dico etc) On n'a pas besoin de quitter le livre pour chercher le sens d'un mot ou noter un passage.
  • grand nb de volumes: une bibliothèque au creux de la main...
  • catalogue assez bien fait (tris possibles et création de collections)
  • adaptabilité du format de texte: idéal pour adapter à la situation de lecture.
  • écran lumineux parfait pour lire au lit sans déranger son partenaire.

Bon, ben alors, il lui manque quoi ?

Au bout du compte, la liseuse écrase la version papier sur beaucoup de points, il faut en convenir. 

Toutefois, et ce n'est qu'une remarque personnelle, le défaut de la liseuse tient dans un de ses avantages: tous les ouvrages ont le même support.

 

En effet, ce qui manque à la liseuse, c'est la personnalité: un livre est individuel, unique... il a sa couverture, son odeur, sa texture de papier etc. 

Un livre vit avec vous et conserve les traces de sa lecture...

Le livre possède une existence physique, un corps avec lequel vous intéragissez concrêtement. Qu'on le veuille ou pas, on établit une relation physique et sensuelle avec un livre, comme avec tout autre objet. Il est mémorisé grâce à tous nos sens.

Vous ne vous souvenez pas d'un livre aimé que pour son contenu mais également pour les endroits et moments ou vous l'avez tenu en main et les moments de vie que vous avez partagés...

 

Cette relation est impossible avec la liseuse, car c'est toujours le même objet que vous tenez en main, un peu comme si vous n'entreteniez que des relations via SMS ou chat avec toutes vos connaissances sans jamais les rencontrer.

 

Je confesse qu'il s'agit-là d'une "critique" peu objective, mais elle touvera sans aucun doute un écho auprès de beaucoup d'entre-vous.

 

En une phrase, j'aime beaucoup ma liseuse, mais je continuerai à acheter des livres papier pour les séries qui me passionnent.


 

Quelques photos...

kobo-options-lecture.jpg
334.7 Ko
kobo-retroeclaire.jpg
498.3 Ko
kobodico.jpg
392.8 Ko
kobonotes.jpg
360.2 Ko
kobo-normal.jpg
446.4 Ko
kobo-livres.jpg
397.2 Ko

 

ArguMenteurs

 Comme inspiration du mardi, je vous propose la preuve flagrante, incontestable, ne souffrant aucune remise en question du fait, déjà maintes fois avéré -toutefois avec moins d'évidence-, que la pub nous prend vraiment pour des cons...

 

Comme j'étais au garage pour mettre des pneus hiver, je suis tombé sur cette pub dont je vous fais juge de la connerie manifeste... (ou alors, ça vient de moi...)

 

Régalez-vous


 

 

Fil RSS des articles de cette catégorie