La bullshit meuchine dans l'éducation nationale: étude de cas, l'installation du wifi au collège en 2019.

A la fin de l'année, dans les collèges, on prépare la rentrée suivante par de nombreuses réunions diverses et variées, en particulier le conseil d'enseignement.

Pour les non profs, c'est le moment ou les chefs se réunissent avec les enseignants d'une matière ou d'un groupe de matières - par exemple, au hasard, les langues - afin de faire le point sur les besoins en heure de la DHG (dotation horaire globale), la répartition des classes entre les collègues, le bilan des actions et projets entrepris et la préparation de ceux à venir, les besoins en matériel, etc.

La gestionnaire du collège s'est jointe à nous, ce qui semble normal puisque c'est elle qui va devoir effectuer les commandes, dire si un projet est possible ou pas d'un point de vue financier etc.

Ben chez nous, quoi que tu demandes, quelle que soit la remarque que tu fasses, la réponse est la même au point qu'elle en est devenue un mème au collège: «çay compliquay».

c compliqué

Ha bon, «c'est compliqué» ?!

Dans le cas qui m'occupe ici, l'installation du WIFI donc, l'équipe de bras cassés qui nous tient lieu de personnel de direction a passé son temps à nous dire que c'est compliqué d'installer le WIFI (j'en parle depuis 5 ou 6 ans tous les ans). Comme cette année je n'ai pas lâché l'affaire et que j'ai insisté en demandant des explications, ils sont restés très évasifs... on peut toutefois dégager certains arguments de la bouillie verbale qui leur sert de prétexte:

Argument N°1: «houlà, le WIFI ça dangereux, ya des normes pis tout ça ma pauv' dame!»

dangerousse

Cet argument est à lire avec le ton de celui qui sait parce qu'il a accès à des arcanes occultes qui restent fermées au commun des mortels. Parce que moi, j'ai cherché quelles étaient les contraintes pour l'installation du WIFI dans les collèges; googol, légifrance, education.gouv.fr...

RIEN. le rienissime total. Plus de rien me paraît difficilement envisageable.

croisenmooooa

Donc soit ils me filent le texte de loi fixant ces normes apparemment si contraignantes, soit c'est à balayer d'un revers de main méprisant. (j'accepterai volontiers qu'on me prouve que j'ai tort TEXTE OFFICIEL EN MAIN, je suis pas psychorigide)

addentum à la réfutation de l'argument N°1

Je n'ai pas pu m'empêcher de relever l'ironie de la situation qui consistait à interdire le WIFI dans un établissement scolaire dans lequel on tolère encore (je cite le chef) des «murs amiantés dans lesquels on n'a pas le droit de percer» et des «sondes utilisant un produit très légèrement radioactif aujourd'hui interdites à la vente»... J'ai ri... Mon chef, lui, non. Il a même essayé de se mettre en colère, le chéri. J'ai reri.

Argument N°2: «ça coûte cher, j'ai pas les sous» («ouinouin»)

desous

Donc, là, j'ai réfuté direct en citant les prix de n'importe quelle borne wifi... oui, ta gueule.

Argument N°3: «Mais heuuuu, on ne peut pas balancer le mot de passe aux élèves sinon ils feront rien qu'à se connecter à du porno»

alt

Je sens que je vais re re rire. alors:

  1. les gamins n'ont pas besoin qu'on leur fournisse l'accès wifi, ils ont tous les données illimitées (ou la plupart)
  2. vu la connexion au charbon de bois qu'on a au collège, ça m'étonnerait que les mômes s'emmerdent à s'y connecter.
  3. le porno, ça me fait bien marrer: le proxy académique te bloque tout (et même n'importe quoi); donc c'est du bullshit
  4. les mômes ont interdiction d'utiliser leur portable dans l'établissement; au temps pour les connexions pirates.
  5. même si on ne veut pas leur «balancer le mot de passe» à tous, rien n'empêche de configurer le point d'accès correctement, de permettre des connexions invité temporaires, de configurer un proxy encore plus sélectif (genre seul le domaine geogebra.fr est accessible par cette connexion) etc. J'ai donc AFFIRMÉ, droit dans les yeux du responsable TICE: «toi et moi on sait très bien qu'il n'y a AUCUN problème technique, donc, stop...»

parenthèse

Au départ, c'est une demande qui fait suite à l'annonce qu'on n'aura AUCUN nouvel équipement, pas même de tablettes (dont l'intérêt sans le WIFI ne me saute pas aux yeux de toutes façons, mais je suis peut-être de mauvaise foi). J'ai donc proposé de permettre l'utilisation des smartphones des gamins et de garder quelques bécanes sous la main au cas où certains élèves en seraient dépourvus.

Argument N°4 : « de toutes façons c'est pas nous qu'on s'en occupe, c'est la/le [insérez ici le nom cabalistique d'une instance nébuleuse et injoignable]»

chtulu

A certains moments, ils on du mal à te cacher qu'ils se foutent de toi, quand même... Il paraît, si j'en crois ce qu'ils ont dit dans la plus grande confusion, que l'instance X s'occupe EXCLUSIVEMENT de la chose avec une hargne jalouse face à tout qui ferait mine de lorgner sur ses prérogatives.

Quand j'ai demandé s'ils avaient fait la demande, ils m'ont répondu de concert: «voui, on a envoyé un email mais on n'a pas de réponse».

alt

Wow, on peut dire que t'as fait ton boulot à fond, mon con... Tout en gardant cette dernière phrase pour moi, j'ai donc demandé pourquoi on n'appelait pas tout simplement le service en question ? Genre, comme des humains, quoi... il s'avère difficile d'ignorer un interlocuteur qui t'appelle, alors qu'un email, hein... (bon, il faut préciser qu'on a affaire à un chef qui ne regarde jamais dans les yeux: même en te serrant la main il regarde par terre... il est pas fuyant, le gars, noooon.)

Réponse des perdir (les PERsonnels de DIRection): «non, mais ya personne à appeler, même que c'est une organisation tentaculaire et obscure que la Camorra à côté c'est une kermesse d'école maternelle petite section»

  • «vous m'ASSUREZ DONC OFFICIELLEMENT qu'il n'y aura pas de WIFI parce qu'on dépend d'une instance TOTALEMENT INJOIGNABLE et qui peut tout à loisir nous ignorer» et je l'ai noté sur mon carnet. Ils ont bégayé un truc inaudible.

Encore un point pour moi.

Complément postérieur à l'action:

Après renseignement, les autres collèges du coin ne semblent pas soumis aux mêmes affres numériques: leurs gestionnaires respectifs font installer des bornes wifi sans problème et l'usage des câbles RJ45 commencent à se voir restreint aux salles informatiques à postes fixes.

oui

Argument 4 1/2: la belle tentative de confusion fibre/wifi

Je note quand même l'argument des trois qui ont essayé de dégager la responsabilité sur orange en établissant une confusion avec la fibre, qu'en arlésienne numérique on attend depuis 3 ou 4 ans.

Moi:« non, mais je m'en moque de la fibre, ça n'a rien à voir avec le wifi: je peux mettre les ressources et applis nécessaires en local avec un petit serveur pour peanuts...»

Comme certains de mes collègues, peu formés à l'occultisme numérique, faisaient des sourcils en accent circonflexe, je me suis tourné vers eux et j'ai dit: «en d'autres termes, c'est pas un argument...»

alt

La tronche des perdir...

En résumé:

A la fin de l'échange, j'ai bien conclu en répétant après chacune de leurs tentatives de renoyer le poisson:

  • «vous m'affirmez donc qu'officiellement nous devons oublier le fait d'avoir le wifi dans notre établissement en 2019, 2020 et 2021 au moins? Je le note...» J'ai ajouté que pour ma part, j'utilisais ma propre borne wifi; réaction du chef, qui se met à dodeliner de la tête:
  • «oui, ben justement, vous n'avez pas tellement le droit de...» Je l'ai coupé avec la plus grande désinvolture et avec un enthousiasme ironique, j'a ajouté:
  • «Ah mais je peux l'enlever dès demain si vous m'en donnez l'ordre, M. le chef d'établissement ! Par contre, les notes et évals, ce sera fini, hein...»

Il a opéré un demi-tour stratégique qui n'a pas manqué de me rappeler le demi-tour droite inculqué à l'armée...

Conclusion

le ternet

Là, c'était pour le WIFI, mais c'est pareil pour tout:

  • les sorties, c'est compliqué pis trop cher,
  • le quart d'heure lecture: on prendra sur le temps de pause mais on vous paiera pas.
  • les manuels scolaires: houla on n'a pas les sous,
  • les voyages: merci de ne plus en organiser.

La plupart des collègues proposent de faire une année blanche au niveau des projets... comme c'est ce qu'attendent les perdir (et qu'en plus ils nous feront retomber la faute dessus en cas de questions de la part des parents) je propose l'inverse: organiser tous plusieurs projets et sorties... et expliquer aux élèves qu'on n'a pas obtenu le droit de les faire de la part de la direction... on va voir qui a la force d'inertie la plus grande, ok ?!

(...)

Bracelet clé USB

Comme des fois on en a marre de se trimballer plein de clés USB sur lesquelles on ne sait plus trop ce qu'on a foutu, je me suis dit qu'un bracelet clé USB serait une bonne idée.

Mouaip... ça serait le cas si je n'avais pas des poignets très fins (mais vraiment très fins). Régulièrement, les montres ou les bracelets que je trouve beaux font carrément disproportionnés sur moi.

Celui-là n'a pas fait exception: gros, chiant et immettable.

image

Je crois qu'il est temps de tester le filament souple dont j'ai fait l'acquisition il y a fort fort longtemps

Pour celleux que ça intéresse, c'est par ici.

(...)

Histoires de pamplemousses, de saucisses, d'amandes et de... bite de cochon.

Aujourd'hui, à la caisse du supermarché du coin, la jeune caissière regarde les pamplemousses d'un air désemparé, lève les yeux et demande: «c'est quoi ?»

non, mais, des PAMPLEMOUSSES...

Je vis dans un monde où des gens n'ont jamais vu de pamplemousses (tout en bossant dans un magasin qui en vend)

Si seulement c'était un fait isolé, mais non:

  • une autre fois, c'étaient des amandes que la caissière ne reconnaissait pas. Des pitins de fucking AMANDES... ya pas plus con qu'une amande.
  • Il y a quelques semaines, à la cantine, une élève de cinquième ne comprenait même pas le concept de saucisse. Un collègue lui explique qu'il s'agit de porc. Sourcils en accent circonflexes de la part de la môme. Mon collègue ajoute: «c'est du cochon». Et là, après un temps de réflexion visiblement infructueux, elle finit par demander: «c'est sa bite ?» Donc, celle-ci ignore ce qu'est une saucisse mais voit très bien en quoi consiste une bite.

Les plus taquins se rappelleront de la blague de la capote et de la véranda, on n'en est pas loin.

la question qui me vient: pourquoi ?

Après un légitime et bref passage en PLS mentale, histoire d'évacuer ma consternation, je me demande comment c'est possible... La seule explication qui me vient, de bite en blanc [gag], c'est que ce que je considère comme des denrées de consommation courante sont des aliments de luxe pour ces personnes (et je culpabilise aussitôt pour ma réaction première).

Mais non, quand même, faut pas pousser:

J'aimerais bien sûr éviter le mépris de classe, la condescendance etc.

Mais bon...

  1. même si on n'a pas les moyens d'acheter un truc, on en a déjà VU (ces mêmes personnes n'ont pas les moyens d'acheter un Iphone mais savent bien ce que c'est et peuvent le reconnaître)
  2. les deux caissières en question portaient des vêtements pas spécialement bon marché et étaient bien maquillées, ongles faits... Si on en est à ne pas pouvoir se payer un pamplemousse, on fait l'impasse sur les produits d'une nécessité plus «discutable», il me semble (mais c'est peut-être un point de vue de privilégié, j'en suis conscient).
  3. autant l'élève était encore jeune, donc naïve (quoique), autant les caissières sont adultes...
  4. les caissières bossent dans un magasin qui VEND ces denrées. Elles les ont même probablement mises en rayon (c'est un petit supermarché de village)... faut-il se foutre éperdument de ce qu'on fait pour ne même pas LIRE LE NOM des trucs qu'on place sur les gondoles.

Il s'agit à mon sens davantage d'ignorance plus ou moins volontaire, dans le sens ou on ne prête AUCUN intérêt à ce qui nous entoure, que d'une impossibilité sociale/culturelle/intellectuelle/héritée/systémique dont ces personnes seraient victimes. Ça correspond d'ailleurs à une impression que je ressens depuis des années avec mes élèves: plus le temps passe et plus la proportion d'élèves impossible à intéresser grandit. Ils ne s'étonnent de rien, regardent le monde avec désintérêt voire mépris.

Je laisse le «pourquoi» en suspend...

(...)

Une seule feuille de cette herbe présente dans n'importe quel jardin peut sauver votre vie en une minute, mais seulement certaines personnes savent comment l'utiliser! - Trucs et tutos

Houlà

#BigBullshit


Bon, le titre bien putaclic, déjà... (relent de complotisme, secrets, occulte...)

Ensuite:

  1. «La nature elle-même abonde dans de nombreux avantages pour la santé. Vous ne savez probablement pas la présence de nombreuses plantes puissantes, mais en fait, elles résident directement dans votre jardin.» :

    Appel au naturel d'emblée, ça sent la pseudoscience.

  2. « les premières choses qui viennent à l'esprit lorsque la leucémie est mentionnée sont les médicaments, la chimiothérapie, la faible qualité de vie et le malheur général.» :

    Pathos et dramatisation, on tient le pécore par l'émotion et on évoque une maladie mortelle et la cible, les médicaments (mis en perspective avec le titre, on sent bien «qu'on nous ment et qu'on nous cache des trucs pour nous vendre des médocs alors qu'il suffit de se baisser dans le jardin pour se soigner». #TraduisonsLes)

  3. «Des études récentes ont révélé que la racine du pissenlit est cytotoxique pour trois types de cellules de leucémie humaine, tuant jusqu'à 96% des cellules après seulement 48 heures!.» :

    Bam! Dès le début, la fameuse étude récente (non sourcée, bien entendu) suivie d'une affirmation absolument incroyable (c'est trop beau, j'en pleurerais)

  4. «Selon Caroline Hamm, oncologue, un patient âgé a connu une leucémie myélomonocytaire, l'une des formes les plus agressives de leucémie.» :

    Argument d'autorité, on cite UNE docteure et UN patient... généralisation d'un cas particulier, aucune valeur.

  5. «Lorsqu'il a été traité avec une chimiothérapie, il n'a pas progressé. Donc, il a été suggéré de commencer une thérapie naturelle qui incluait le thé de racine de pissenlit qu'il partageait avec un autre patient dans la salle d'attente.» :

    La médecine traditionnelle çaymâl, la nature fournit tout ce dont on a besoin, patin couffin. Là, c'est même dangereux.

  6. «Lorsque les deux patients ont eu des examens médicaux effectués, le Dr Hamm a vu les résultats des tests. Les deux patients avaient un état de santé amélioré uniquement en buvant du thé et tous deux ont refusé de subir une chimiothérapie.» :

    Des examens médicaux on n'en saura pas plus (lesquels, à quel stade, quels délais etc.) Les gars on refusé leur chimio... ben oui, si leur toubib leur sert ce bullshit, les patients y croient, je vois pas ce qu'il y a d'extraordinaire. En tout cas, niveau argument: 0/20

  7. «Le thé de pissenlit agit de cette façon dans lequel il affecte les cellules cancéreuses afin qu'elles se désintègrent en 48 heures, stimulant la croissance de nouvelles cellules saines dans le corps du patient.» :

    Source ?! Une affirmation non sourcée vaut peanuts. En plus, il est formidable ce thé, il cible les cellules cancéreuses ET favorise la reproduction des cellules saines alors que tous les scientifiques du monde -excusez du peu - galèrent juste pour n'empoisonner que les cellules malades. (qu'ils sont cons ces scientifiques, et tout ça avec not'pognon ma pauv' dame)

  8. «Le Dr Hamm a contacté Siyaram Pandey, le biochimiste de l'Université de Windsor, qui a mené une recherche avec ses élèves. Ils ont recueilli les cellules sanguines de 9 patients différents qui utilisaient l'extrait de racine de pissenlit et l'ont appliqué sur plusieurs cellules pour les cultiver. Dans les 24 heures, les cellules ont été tuées.» :

    Contacte le biochimiste... ça fait sérieux... en fait ils bossent dans la même université, elle a juste traversé le couloir. Ensuite, on nous avoue tranquillement que les études ont été faites par... des élèves (voyez le niveau de sérieux: au-dessus, c'est le soleil) Enfin, ce n'est pas parce que des élèves ont réussi à tuer des cellules malades avec un produit que ce produit est bon pour les cellules saines. A ce moment-là, le roundup devrait être remboursé par la sécu.

  9. «Il y avait également de nombreuses autres études qui ont découvert que l'extrait de pissenlit peut avoir des ingrédients potentiellement actifs contre le cancer, le mélanome, ainsi que la prostate et le cancer du sein.» :

    Encore une fois, quelles études ?! De la merde.

  10. «L'extrait de la racine / feuilles de pissenlit a été utilisé pendant des siècles comme un traitement efficace dans la médecine folklorique traditionnelle, il n'est donc pas surprenant que ces études aient réussi à prouver cela.» :

    Un autre argument d'autorité non documenté: avant, on faisait comme ça (à prouver) donc, comme avant c'était mieux, c'est forcément bien. Quant à la «médecine folklorique traditionnelle», c'est juste beau: renvoyer toute la science médicale du 21ème siècle au niveau de la musique régionale en costume traditionnel... Je me marre.

  11. «Les pissenlits ont des niveaux relativement bons de fer, de vitamines et de protéines. Alors que le fer fait partie intégrante de l'hémoglobine dans le sang, les vitamines comme la vitamine B et la protéine sont essentielles à la formation de globules rouges et de certains autres composants du sang. De cette façon, le pissenlit peut aider les personnes anémiques à garder leur état en échec :

    vous noterez la précision des mots et la fin de phrase juste incompréhensible. Je passe sur les petites vérités «scientifiques» qui enrobent le tout. La merde ça reste de la merde, même emballée dans un joli papier.

  12. «Les pissenlits sont riches en calcium, ce qui est essentiel pour la croissance et la résistance des os, et ils sont riches en antioxydants comme la vitamine C et la lutéoline, qui protègent les os des dommages liés à l'âge. Ce dommage inévitable est souvent dû aux radicaux libres, et est souvent considéré comme une fragilité osseuse, une faiblesse et une diminution de la densité.» :

    Déjà, sur wikipédia on apprend qu'il y en a dans plein de plantes, pas simplement le pissenlit. Ensuite, on abreuve le lecteur de termes qui font bien histoire de passer pour des gens sérieux...

  13. «Le jus de pissenlit peut aider les diabétiques en stimulant la production d'insuline du pancréas. Puisqu'il est de nature diurétique, ce qui provoque une miction plus fréquente, cela, à son tour, permet d'éliminer le sucre extra du corps. En outre, les diabétiques sont sujettes à des problèmes rénaux. Les propriétés diurétiques du pissenlit peuvent aider en éliminant le dépôt de sucre dans les reins par l'urine.» :

    Encore et toujours les sources ? Le dépôt de sucre DANS LES REINS ?! Sérieux. Quant à la rengaine qui consiste à dire qu'en pissant plus et en suant on élimine les «toxines», merci, ça va aller.

  14. «Nettoyer le foie» :

    J'en peux plus, je commence à voir flou... Combien de fois (gag) ais-je entendu cette expression. Pour que ton foie se porte bien, mange équilibré et raisonnablement, déjà... Ils me font chier avec leur mode détox qui fait vendre.

  15. Les deux derniers paragraphes sont du même tonneau, inutile d'aller plus loin, le message est clair: le pissenlit est la panacée, tout y est bon, comme dans le cochon. Manque plus que ça fasse bander pour compléter le tableau.

  16. «source healthiestalternative.com»: oooooh, une souuuuurce ! On sent pas DU TOUT la source partisane newage théorie complotiste venir... J'ai pas feuilleté, vu que j'ai mal à ma tête, mais je laisse ça aux autres et je vais me mettre en PLS.


Via https://martouf.ch/liens/


Sic transit pis tout ça... Caillasse : 1 - ski : 0

Mes fixe-ski ont super bien fonctionné... mes skis ont eu un peu moins de chance

Un gros bloc d'ardoise, dont la partie émergée -à peine visible dans le virage du mur d'une rouge - attendait sa proie comme le Carcharodon carcharias, l'aileron brisant à peine l'écume, traque patiemment son surfeur quotidien. alt alt

P.S.: En cherchant une image d'accroche, j'ai tapé snow shark... 'tain, mais tu sais que ça existe, ça Liliane ?!

EDIT: et yen a d'autres ! http://www.allocine.fr/video/video-19541308/

(...)

Fil RSS des articles de cette catégorie