Go ! - un raccourcisseur d'URL

Il y a quelques jours, j'ai eu à filer un lien vers un travail à mes élèves, j'avais donné un qrcode mais, bien entendu, la plupart ne savait même pas de quoi il s'agissait et ne disposaient de toutes façons pas de l'appli; les voilà donc partis pour taper l'url dans le navigateur, pour ceux qui savaient ce que c'était, ou dans la recherche google pour les autres ...

Or, facteur aggravant, l'URL était longue et alambiquée ce qui, pour des mômes qui ont la capacité de rétention d'un bulot cuit, constituait déjà un challenge qui aurait à lui seul pu subir une évaluation notée.

GrosJean comme devant, je me promets in petto de coder à l'arrache un raccourcisseur d'url perso, histoire de ne plus perdre 22 minutes à attendre que tout le monde ait tapé les bons caractères dans le bon ordre et dans la bonne case...

Donc, voilà, c'est fait.

capture

C'est très minimaliste, fait à l'arrache, mais ça fonctionne: la page d'accueil contient une case pour taper l'url à raccourcir et une autre si vous voulez spécifier un code particulier (sinon, il génère au hasard): si vous précisez un code qui existe déjà, il écrasera l'ancien.

Voir la démo Télécharger le zip

C'est publié sous licence faisCeQueTuVeuxMaGueule (n'hésitez pas à virer le lien du footer si vous voulez )

Les codeurs comprendront...

Un dump spécial codeurs...

Quand chaque recherche d'un bug conduit à la découverte d'un nouveau


une analogie pour comprendre ce qu'est une page web











Mon clavier StackOverflow est arrivé \o/






Quand on demande à un codeur de passer un coup de balai




Quand tu apprends un nouveau langage







Top 10 des clés utiles pour comprendre la situation en Catalogne

Qui aurait pu dire qu'on trouverait un bon résumé d'une situation politique complexe et grave dans un site comme Topito (classé dans la rubrique «conneries» de mon plugin de lecteur RSS) ?!

Résumé:

  1. Le catalanisme a des origines anciennes
  2. Le catalanisme est un mouvement trans-partisan (à la fois de gauche et de droite, pour des raisons évidemment différentes)
  3. Des enjeux économiques très forts
  4. Une plus grande autonomie votée, puis annulée
  5. Un premier référendum a eu lieu en 2014 (trop peu représentatif et condamné par Madrid par la suite)
  6. Les indépendantistes sont majoritaires depuis 2015 en Catalogne (à mon avis, moins qu'on le pense, mais il aurait fallu laisser la Catalogne organiser le référendum pour le savoir)
  7. Le référendum a été interdit par le gouvernement espagnol
  8. Le gouvernement espagnol a mis en place un attirail de répression très puissante (dans la droite ligne de la loi Mordaza lien )
  9. La situation est désormais totalement ingérable
  10. L'enjeu européen

    Ce à quoi j'ajouterais

  11. Rajoy est un trou du cul libéral et conservateur, donc, la liberté des peuples, il s'en tamponne le fondement avec une clé de douze.

Finalement, la réaction de Madrid à la demande de la Catalogne me semble disproportionnée et contre productive:

  • la volonté de la Catalogne est légitime, au nom du droit des peuples à décider de leur destin et ce quoi qu'on pense de l'indépendance.
  • en interdisant le référendum, Madrid a perdu une occasion de montrer que les indépendantistes n'étaient pas forcément majoritaires: il aurait mieux valu encourager les catalans à se rendre aux urnes en masse en faisant valoir le processus démocratique.
  • une fois l'interdiction posée, Rajoy n'avait plus le choix que d'user de la force (ben oui, il va pas se dégonfler, hein ?! c'est un connard je rappelle): sa plus énorme connerie... Je suis français et catalan d'origine, j'aime autant vous dire que forcer un catalan à quelque-chose, c'est pas gagné d'avance (c'est pas pour rien que leur symbole est un âne, on dit «catalá burru» soit catalan = âne). Du coup, employer la force n'a conduit qu'à indigner et donc radicaliser les «indépendantistes mous» et à pousser les indécis vers les urnes pour punir le pouvoir central.

    Résultat: plus de 800 blessés dans la répression policière d'un événement démocratique pacifique. En Europe. En 2017.

    Pas étonnant, toute proportion gardée, qu'on retrouve des slogans antifranquistes dans les rangs catalans...


Fil RSS des articles